Yaoundé : une dispute conjugale vire au drame

Clément Mendo, lieutenant de marine en garde à vue depuis mercredi dernier suite au décès de son épouse Claire Charlotte Ngono.

Clément Mendo, enseigne de vaisseau première classe (lieutenant de marine) est actuellement en garde à vue à l’état-major de la compagnie de Gendarmerie de Mfou. L’homme en uniforme serait à l’origine de la mort de son épouse, Claire Charlotte Ngono, enseignante. Le drame est survenu à l’issue d’une violente dispute conjugale le 12 mai dernier. Vendredi 14 mai autour de 17h, le principal suspect a été aperçuà la Brigade de gendarmerie deNkolnda. Visiblement dépassé, l’homme était affalé sur une chaise, silencieux. CT a alors appris que le militaire s’y trouvait en attendant la descente sur les lieux du crime.


Read also : Climat social à Hevecam : le nouveau DG veut communiquer

D’après un membre de la famille, le couple semblait sur la même longueur d’onde la veille du drame. Claire Charlotte Ngono et sa moitié ont passé du bontemps dans leur débit de boissonau lieu dit « Carrefour Scalom » à Yaoundé, avant de repartir à la maison au lieu dit « Borne 12 ».Toujours d’après notre source, c’est la dame qui était au volant lorsque le couple quittait le carrefour Scalom autour de 23h. Ce qui s’est passé entre Scalom et Odza, jusqu’à ce qu’elle trouve la mort mercredi autour de 2h du matin, reste un mystère. Toujours est-il qu’une fois à la maison, le couple est entré dans une zone de turbulence. Une violente dispute a réveillé les voisins et tous les membres de la famille. Les tentatives d’intervention de la fille de Claire Charlotte Ngono échoueront devant la porte de la chambre de ses parents, ferméeà double tour.


Read also : Procès en béatification : un Camerounais sur la route des Saints

Interrogée par nos confrères d’une chaîne de télévision de la place, cette dernière affirme avoir essayé d’y entrer à plusieurs reprises. C’est à travers la fenêtre qu’elle va ensuite apercevoir sa mère gisant au sol et son mari assis sur le lit. Avec l’aide des autres occupants de la maison, la porte de la chambre a été cassée. Malgré ces premiers témoignages recueillis, les circonstances réelles de ce décès de-meurent floues. L’enquête ouverte par le procureur de la République permettra certainement de faire la lumière sur cette affaire.


Read also : Frère Jean-Thierry Ebogo : une vie dédiée à Dieu

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category