Mali : tractations pour un nouveau gouvernement

Vendredi dernier, lePremier ministre, Moctar Ouane a été chargé par le président de transition, Bah N’Daw de former une nouvelle équipe.

Reconduit aussitôt à son poste par le président de transition, Bah N’Daw après la démission vendredi de son gouvernement, Moctar Ouane a entamé des concertations en vue de la formation d’une nouvelle équipe. Le Premier ministre malien a pour mission de proposer dans les meilleurs délais un gouvernement « inclusif », selon la mission à lui confiée, avec la part belle à la classe politique. Une préoccupation qui figurait en bonne place des doléances formulées par les représentants du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques(M5-RFP), le 6 mai dernier lors de la rencontre avec les autorités de transition. Par la voix du président de son Comité stratégique, Choguel Maïga,ce mouvement a demandé « la démission du gouvernement » et une« rectification de la transition » dans le but de renouer le dialogue politique et social. En plus de ces revendications, le M5-RFP avait également saisi la Cour suprême d’une requête réclamant la dissolution dugouvernement et de l’organe législatif, le Conseil national de transition(CNT), en vue de la mise en place d’une instance « plus respectueuse de la loi et plus légitime ».Mais, la mission de constituer un large gouvernement inclusif de 23 à 25 membres confiée à Moctar Ouanene semble pas des plus aisées. Surtout lorsqu’on sait que plusieurs militaires putschistes ayant fait partie du dernier gouvernement n’ont pas apprécié leur démission. En plus, les départements stratégiques comme la Défense ou la Sécurité et la Réconciliation nationale reviendront ils toujours à l’armée dans l’équipe attendue ? Le M5-RFP, mouvement de contestation à l’origine de la chute d’Ibrahim Boubacar Keïta en août dernier, fera-t-il preuve de patriotisme au détriment de ses revendications partisanes ? Autant de qui questions restent en suspens. Depuis sa reconduction, le Premier ministre a entamé des négociations avec certains leaders politiques et de la société civile. Au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), plusieurs dirigeants soutiennent le processus de transition au Mali.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category