Insertion des diplômés : la Francophonie investit près de 400 millions de F

Le recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie, Pr. Slim Khabous, a annoncé hier à l’Université de Yaoundé II-Soa, les grands axes stratégiques de ce programme.

L’ Agence universitaire de la Francophonie (AUF) compte investir près de 400 millions de F au Cameroun. Hier à l’Université de Yaoundé II- Soa, au cours d’une visite de travail, le recteur Pr. Slim Khabous, a annoncé une nouvelle stratégie de développement de la Francophonie scientifique.

Cet investissement comprend plusieurs composantes : employabilité et entrepreneuriat, numérique, programme de recherche. « Nous voulons montrer que les universités peuvent être non seulement des agents de formation, mais également des agents écono- miques parce que des solutions innovantes peuvent sortir des laboratoires des universités pour donner des solutions à nos pays », a expliqué le Pr. Khabous.

Cette nouvelle stratégie qui doit s’étendre sur les quatre prochaines années (2021-2025) est la résultante d’une consultation mondiale lancée par l’AUF. Celle-ci avait pour objectif d’écouter tous les acteurs du système universitaire. Il en ressort un problème commun : celui de la massification des étudiants avec la problématique de l’employabilité. « Comment améliorer la qualité de l’insertion professionnelle du diplômé ? Comment encourager une partie des étudiants à devenir des entrepreneurs ? Y a-t-il une méthode plus efficace à détecter ces étudiants avec l’esprit entrepre- neurial ? », s’est interrogé le recteur de l’AUF. Pour répondre à cette problématique, l’agence a décidé de lancer un nouveau réseau, à côté de celui des Campus numériques francophones de l’AUF : « Le réseau des centres d’employabilité francophones (CEF) ». Ces centres vont accompagner les universités dans le développement des services et les formations complémentaires des étudiants avant qu’ils ne soient sur le marché de l’emploi.

Par ailleurs, le recteur de l’AUF a annoncé que deux centres pilotes seront lancés au Cameroun. L’un à Yaoundé, l’autre à Douala. Celui de Yaoundé sera réalisé en coopération avec l’Université de Yaoundé II, partenaire privilégié de ce projet novateur. « Dans ces centres, on va accompagner les étudiants avant de les proposer sur le marché de l’emploi. Ces centres proposent une série de formations gratuites complémentaires qui s’ajoutent à la formation technique classique pour qu’ils soient capables de trouver un travail plus rapidement et plus efficacement », a conclu le Pr. Slim Khabous .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category