Cameroun-RCA : les adieux de l’ambassadeur

Avant de quitter Yaoundé, après sept années de mission au Cameroun, Martial Beti-Marace est allé exprimer sa gratitude et sa satisfaction au chef de l’Etat mercredi.

Martial Beti-Marace quitte le Cameroun avec de bons souvenirs. Il a dévoilé quelques pages de son riche carnet de route mercredi dernier à la presse après l’audience que lui a accordée, le président de la République, Paul Biya au Palais de l’Unité. « Aujourd’hui je vais rentrer, je ne serai plus l’ambassadeur de la République centrafricaine auprès du Cameroun mais plutôt l’ambassadeur du Cameroun auprès de la RCA. J’ai vécu dans les milieux camerounais et le peuple camerounais est très hospitalier, très fraternel », affirme le diplomate centrafricain.

Avant d’être introduit dans les bureaux présidentiels, l’ambassadeur a été accueilli, sous une fine pluie, par le chef du protocole d’Etat, Simon-Pierre Bikele et par le ministre, directeur du Cabinet civil de la présidence de la République, Samuel Mvondo Ayolo. L’entretien d’adieu entre le chef de la mission diplomatique centrafricaine au Cameroun et le chef de l’Etat s’est déroulé derrière des portes closes. C’est au sortir de ces échanges de plus d’une heure que Marial Beti-Marace, visiblement honoré de cette ultime rencontre livrera quelques extraits à la presse. « Je suis venu à la fin de ma mission, faire mes adieux au Grand Sage de l’Afrique », déclare-t-il avant d’exprimer sa fierté d’avoir été accrédité comme ambassadeur au Cameroun et auprès du président de la République, Paul Biya. « Je suis venu à l’école de la sagesse, et j’en sors satisfait », souligne-t-il.

Cette audience a été l’occasion pour le diplomate centrafricain de réaffirmer l’excellence des relations entre Bangui et Yaoundé qui, rappelle-t-il, évoluent au sein des mêmes espaces communautaires de la CEMAC et de la CEEAC. Il déclinera d’ailleurs en quelques traits la vitalité de cette coopération entre ces deux pays voisins. Le Cameroun s’est toujours montré solidaire de la RCA lors des différentes crises civiles, politiques et militaires qui secoue ce pays frère depuis plusieurs années. Plus de 700 mille réfugiés centrafricains ont été accueillis sur le sol camerounais. « Grâce aux élections présidentielles et législatives, la majorité des réfugiés centrafricains sont repartis volontairement en RCA et le Cameroun continue d’abriter encore ceux qui ne sont pas encore prêts à repartir », note Martial Beti-Marace avant d’indiquer que l’organisation de ces élections a bénéficié de l’appui du Cameroun « sur très hautes instructions du chef de l’Etat ». Il n’a pas manqué de relever l’importante contribution et l’action salutaire que jouent les contingents camerounais au sein de la Minusca.

Pour ses sept années de mission au Cameroun, l’ambassadeur a fait part de sa bonne connaissance du Cameroun profond. «J’ai visité huit régions sur les dix que compte le Cameroun. Je suis parti de Yaoundé jusqu’à Garoua en voiture. Je suis parti de Mbaï- Mboum, Touboro, en passant par la zone cynégétique pour sortir à Tcholliré et rallier Garoua », pour- suit-il.

C’est le 19 septembre 2014 que Martial Beti-Marace avait présenté au président de la République ses lettres de créance comme ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la RCA auprès du Cameroun .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category