Relance des projets Mbalam et Nabeba : une volonté de fer

Le président de la République, Paul Biya a longuement reçu à cet effet hier au Palais de l’Unité, le ministre d’Etat, ministre des Industries minières et de la Géologie de la République du Congo, Pierre Oba, envoyé spécial du président Denis Sassou N’Gues

« Il (le président de la République, Paul Biya, Ndlr) m’a prêté une oreille très attentive, m’a donné beaucoup d’orientations, beaucoup d’instructions pour faire aboutir ces projets dans l’intérêt commun de nos pays et de nos peuples ». C’est un envoyé spécial congolais, visiblement très satisfait qui a quitté le Palais de l’Unité hier en début d’après-midi. Pierre Oba, ministre d’Etat, ministre des Industries minières et de la Géologie de la République du Congo, envoyé spécial du président Denis Sassou N’Guesso, venait d’y être reçu pendant un peu plus d’une heure par le président de la République, Paul Biya. Au menu de l’échange, « des questions d’intérêts communs aux deux pays et ce surtout au plan économique », comme il l’a déclaré à la presse à l’issue de la rencontre. Il s’agissait plus spécifiquement d’un projet précis : « Le président Denis Sassou N’Guesso m’a dépêché auprès de son homologue, le président Paul Biya, pour parler d’un projet que nous avons commencé conjointement depuis environ dix ans pour développer le minerai de fer qui est transfrontalier entre les deux pays parce qu’il relie Mbalam et Nabeba », a expliqué le ministre d’Etat, Pierre Oba. Malheureusement, et de l’avis de l’envoyé spécial congolais, les partenaires australiens choisis par les deux pays n’ont pas été à la hauteur des attentes. La souplesse des lois en vigueur, notamment le Code minier au Congo, loin de constituer un ferment pour ces associés techniques, a plutôt ouvert la voie à quelques abus de la part de ceux-ci. « Ils ne respectent pas nos lois, ne respectent pas nos Etats, confondent les conventions que nous signons avec nos lois et pensent que ces conventions sont au-dessus de nos Constitutions », a regretté l’hôte du Palais de l’Unité.


Read also : Coopération Cameroun – France : visions partagées

Suffisant donc pour amener les deux Etats voisins à mettre un terme à un partenariat qui ne leur était pas profitable, mais dont les seuls bénéficiaires étaient les sociétés adjudicataires des conventions. « Il nous faut donc recréer l’harmonie avec nos frères camerounais, parce qu’il s’agit de projets d’exploitation conjointe pour continuer la même procédure afin tirer profit de ces projets », a relevé le ministre d’Etat Pierre Oba. C’est donc dans le cadre de ces concertations permanentes que le président Sassou N’Guesso l’a dépêché auprès de son homologue et frère, le président Paul Biya. Arrivé au Palais de l’Unité en compagnie de l’ambassadeur du Congo au Cameroun, S.E Valentin Ollessongo, le ministre d’Etat Pierre Oba a été accueilli à sa descente de voiture par le protocole d’Etat, puis sur le perron par le ministre, directeur du Cabinet civil, Samuel Mvondo Ayolo.


Read also : Cameroon-France : Exemplary Development Partners

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category