Jeunes espoirs en journalisme : les pépites du Prix Perika

Ce concours organisé par le Réseau des journalistes culturels du Cameroun a livré sa première cuvée de lauréats le 29 mai dernier à Yaoundé.

Ils sont jeunes, mais persuadés d’un fait : leur passion c’est le journalisme. Les élèves et étudiants ayant participé à la toute première édition du Prix Perika, un concours pour jeunes espoirs du métier de la plume, organisé par le Réseau des journalistes culturels du Cameroun (RJ2C), a permis de découvrir les futurs chasseurs d’informations camerounais. Le verdict rendu par un jury que coiffait Chetah Bilé, rédactrice-en-chef au Poste national de la Crtv et journaliste renommée, a rendu sa copie le 29 mai dernier, au cours d’une cérémonie tenue au Djeuga Palace à Yaoundé. Les jurés se sont basés sur les critères d’originalité, de qualité de la langue et de proximité des articles avec un genre journalistique. Les participants de cette compétition ayant pour marraine le Dr Corine Esse, enseignante à l’ESSTIC, et lancée en partenariat avec l’Organisation internationale de la Francophonie, l’Institut Français du Cameroun, entre autres, étaient jugés sur le thème : « Le français et nous ! ». 
Ils ont abordé divers angles de traitement, allant de la relation complexe que les jeunes nouent avec cette langue venue d’ailleurs qu’ils se réapproprient à leur manière, au paradoxe de l’adoption du français au détriment des langues maternelles de moins en moins l’apanage des nouvelles générations. Le travail d’Amadou Bello, originaire de Ngaoundéré, vainqueur de ce premier Prix Perika avec une note de 15/20, a mis en opposition la cohabitation conflictuelle entre le français et les dialectes nationaux, ou comment l’accent que ces derniers créent modifie le parler de cette langue officielle. « En appréciant son article, nous avons bien ressenti qu’Amadou Bello, dont nous ne connaissions pas l’identité au moment des corrections des copies car anonymes, était familier du milieu journalistique », a reconnu Monica Nkodo, journaliste à Cameroon Tribune et membre du jury. En effet, le lauréat du Prix Perika, candidat libre cette année au Baccalauréat A, est un des poulains de la station Crtv-Adamaoua, où il est chroniqueur depuis plusieurs années dans les programmes : « Jeunesse du plateau » et « Cargo des vacanciers ». 
Ce concours lui a permis ainsi qu’aux autres participants (parmi lesquels un élève de CMI, Juan Gabriel Assiga, 9 ans), à la faveur d’une rencontre intimiste, de pousser plus loin le rêve en s’abreuvant des conseils d’hommes et de femmes des médias comme Jean Bruno Tagne de Naïja TV, Eric Elouga, rédacteur-en-chef des magazines de la Sopecam, ou Tatiana Ebodo-Ombede de Crtv News. D’après Laurentine Assiga, présidente du Réseau des journalistes culturels du Cameroun derrière cette initiative, « l’objectif est de susciter l’émulation et la vocation, d’encourager, tout en décidant ces jeunes passionnés à vivre leur passion à fond. » La deuxième édition espère voir exploser les candidatures. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category