Hémodialyse : la prise en charge a repris

Après un mouvement d’humeur observé mardi, les patients reçoivent progressivement leurs soins à l’Hôpital général de Yaoundé.

Dans le hall du service de dialyse de l’Hôpital général de Yaoundé, des patients attendent d’être reçus. Ce mercredi 2 juin, ils passent progressivement dans le service, en fonction de la disponibilité des appareils. « Sur 25 générateurs, seuls quatorze fonctionnent et onze sont en panne. Les patients ne sont plus reçus au même rythme qu’auparavant », explique le Pr. Vincent de Paul Ndjientcheu, directeur général de l’Hôpital général de Yaoundé. Il vient rassurer les patients, installés sur les bancs depuis la veille pour certains.
En effet, quelques patients ont organisé une manifestation à l’extérieur de la formation sanitaire le mardi 1er juin. Ils revendiquaient leur prise en charge et l’organisation régulière des séances d’hémodialyse. Hier mercredi, malgré la disponibilité de quatorze générateurs, il se posait un problème d’eau. En effet, la formation hospitalière n’est pas régulièrement alimentée en eau et a quasiment vidé ses réserves. Venu à la rencontre des patients sur place, le directeur général explique qu’il a contacté des responsables à Camwater pour faire arriver de l’eau dans l’hôpital. Le rythme des séances de dialyse devrait donc reprendre. « Nous avons passé une commande spéciale pour de nouveaux générateurs. Malheureusment, nous ne savons pas le temps que cela prendra », relève le Pr. Ndjientcheu.
L’autre alternative pour ces personnes malades se trouve à l’hôpital d’Ebolowa dans le Sud. La formation sanitaire dispose de machines opérationnelles. Mais, le transport et l’hébergement constituent d’autres charges pour les patients. Certains ne sont pas disposés à s’y rendre pour des soins obligatoires tous les trois jours au moins. Pour le moment, les patients se relaient à l’Hôpital général, en fonction de la disponibilité des machines et de l’eau.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category