Association des sociétés d’assurances du Cameroun : les grands chantiers du nouvel exécutif

Le bureau désormais conduit par Thierry Kepeden a été installé par le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, vendredi à Douala.

Augmenter le chiffre d’affaires du marché de l’assurance au Cameroun. C’est la mission principale que se fixe Thierry Kepeden, nouveau président de l’Association des sociétés d’assurances du Cameroun (Asac). M. Kepeden et les autres membres du bureau exécutif en place pour un mandat de deux ans ont été installés le 4 juin dernier par le ministre des Finances, Louis Paul Motaze. C’était lors d’une cérémonie officielle tenue à Douala, au terme d’une assemblée générale ordinaire de deux jours. Le nouveau président de l’Asac remplace Théophile Gérard Moulong, qui a été félicité par le Minfi pour le travail abattu pendant ses deux mandats. 
A l’équipe désormais en poste, Louis Paul Motaze a demandé de mettre à contribution ses compétences, aptitudes, qualités morales et engagement au service non seulement des attentes des entreprises du secteur, de la tutelle, mais aussi et surtout des assurés et bénéficiaires de contrats d’assurances et de capitalisation. Des aspects qui sont importants pour relever plusieurs défis, rappelés par le ministre des Finances : « Pour assurer son émergence, l’assurance camerounaise devra inévitablement promouvoir et pérenniser le développement de l’offre d’assurances, l’innovation technique et managériale visant à adapter l’offre aux besoins des populations, la constitution de groupes puissants pour faire face à la pression des capitaux étrangers et une plus forte présence dans les marchés boursiers afin de booster la croissance. »
De son côté, Thierry Kepeden évalue la situation actuelle du marché camerounais de l’assurance qui stagne, avec un taux de pénétration qui ne dépasse pas 2% et un chiffre d’affaires à 210 milliards F en 2020. Pour remédier donc à cette situation et aller tutoyer un pays à population et pouvoir d’achat comparable, la Côte d’Ivoire, qui est à 415 milliards F de CA dans la même période, le directeur général d’Axa Cameroun pense à plusieurs leviers : optimiser les assurances obligatoires qui existent, notamment l’assurance automobile- responsabilité civile ; mettre enfin en œuvre la loi de 1975 et son décret d’application de 1977 qui oblige, à partir de 100 millions F de construction d’un ouvrage, à prendre une assurance tous-risques chantier ; avoir le décret d’application de l’obligation d’assurances pour les conteneurs qui sortent des ports, contenue dans la loi de Finances 2018 ; sans compter la possibilité de mettre en place de nouvelles assurances obligatoires. Des niches à explorer avec l’aide de l’Etat.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category