Cameroun-Angola : le duel final

Les deux équipes s’affrontent ce vendredi soir au palais polyvalent des Sports de Yaoundé pour un sacre qui restera dans l’histoire.

C’était l’affiche rêvée. Celle que tout le monde attendait pour clôturer en beauté cette 24e Coupe d’Afrique des nations de handball dames lancée le 8 juin dernier. D’un côté, le Cameroun, pays hôte de cette compétition et de l’autre, l’Angola qu’on ne présente plus. Et pour cause, le palmarès du tenant du titre, 13 sacres dont les dix derniers consécutifs hormis 2014, suscite l’admiration de tout le continent. Ce vendredi donc, au Palais polyvalent des sports de Yaoundé (PAPOSY), à l’occasion de cette finale, le spectacle devrait être au rendez-vous. Mais aussi le suspense, si on s’en tient à ce que les demi-finales serrées ont montré. Car une des deux équipes entrera dans l’histoire de la discipline. En cas de victoire, le Cameroun remportera son premier titre alors que l’Angola a l’occasion d’aligner un 14e trophée.

Read also : Ciment : le sac à 4.600 F

Plutôt timorées et un peu juste physiquement lors de leur entrée en lice contre le Kenya, les Lionnes sont progressivement montées en puissance tout au long du tournoi, affichant notamment un calme surprenant, surtout dans les instants cruciaux. Difficile par exemple d’oublier ce but dans les dernières minutes de Karishma Ekoh qui donne la victoire au Cameroun en demi-finale face au Congo (22-21). Le fait d’évoluer à domicile est certainement pour beaucoup aussi dans la performance des joueuses de Serge Guebogo. Et elles ne se contenteront certainement pas d’avoir déjà réussi leur tournoi en accédant à la finale. Un stade qu’elles n’avaient plus atteint depuis 2004, battues alors par une certaine …Angola. 

Read also : Renouvellement des organes de base du RDPC : ça démarre le 7 août

Mais si l’on en croit la joueuse sénégalaise Dougou Camara, « c’est l’année où jamais pour les prendre ».  Les championnes d’Afrique n’ont pas paru si souveraines tout au long de leur parcours à Yaoundé. Il faut dire qu’elles ont connu une préparation loin des standards habituels, Covid-19 oblige. Tout au long du tournoi, elles ont d’ailleurs tremblé devant certains adversaires comme la Tunisie qui a failli réussir un petit exploit en demi-finale, poussant l’équipe aux prolongations (23-27). Mais une fois cela dit, on doit également reconnaître que malgré ses difficultés, l’Angola reste l’Angola. C’est-à-dire une machine qui sait ce qu’elle a à faire et reste sur un objectif : la victoire finale. Cette équipe peut en effet s’appuyer sur des joueuses expérimentées, capables d’un réalisme admirable et qui savent courber l’échine pour laisser passer la bourrasque. Et cela pourrait faire la différence ce vendredi. D’ailleurs, sur le papier, elles conservent le statut de favorites. A Vanessa Djiepmou et ses coéquipières de bousculer les certitudes.                               

Read also : Vaccin Johnson & Johnson : plus de 300 000 doses réceptionnées

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category