Lutte contre le VIH/Sida : les jeunes filles en première ligne

L’initiative « Education Plus » qui vise à autonomiser cette frange de la population a été lancée par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, hier à Yaoundé.

Tous unis pour une même cause à travers l’initiative « Education Plus » visant à réduire les infections à VIH/Sida et à autonomiser les adolescentes et jeunes femmes. Le ton a été donné hier par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, représentant personnel du chef de l’Etat à l’occasion du lancement de ce programme. Cette frange de la population âgée entre 15 et 24 ans, vulnérable, est neuf fois plus susceptible de contracter cette affection que les garçons du même âge, à en croire Onusida. Promu conjointement par cinq programmes et agences onusiennes (Onusida, Unesco, Unicef, Unfpa, Onu Femmes) et l’ensemble du système des Nations unies, cet atout majeur dans l’éducation de la fille vise essentiellement à éliminer les infections au VIH, en retenant davantage ces jeunes à l’école jusqu’à la fin de l’enseignement secondaire. Il ambitionne également de doter les adolescents sans distinction de sexe, d’un ensemble complet de services leur permettant de satisfaire leurs besoins fondamentaux pour une transition saine et réussie vers l’âge adulte. 


Read also : AFCON Total Energies 2021 : Draws Announced For 17 August

Le succès de cette approche comme l’a souligné Joseph Dion Ngute, réside dans l’engagement d’autres acteurs tels que les départements ministériels, le secteur privé et la société civile. « L’objectif de la démarche étant de susciter une amélioration des parties, ainsi que de mentalités en faveur de l’éducation de la jeune femme, étant entendu qu’il s’agit d’un levier très important de leur autonomisation et de leur protection contre les infections du VIH/Sida) », a précisé le Premier ministre, chef du gouvernement. En présence du coordonnateur résident du système des Nations unies, Matthias Zana Naab, l’orateur en a profité pour présenter la gratitude du chef de l’Etat au système des Nations Unies pour avoir invité le Cameroun à prendre part à cette nouvelle dynamique qui sera mise en œuvre de 2021 à 2025. Celle-ci s’inscrivant dans le sillage de la politique gouvernementale dans plusieurs secteurs, notamment l’épanouissement des jeunes en général et de la fille en particulier et la réduction du nombre d’infections au VIH/Sida au sein de la population jeune. D’après Savina C. Ammassari, directrice pays Onusida, ce concept a également pour but d’apporter des soutiens, notamment à travers l’éducation à la sexualité, l’accès au droit et aux services de la santé reproductive. Elle entend également favoriser la transition de l’école à la vie professionnelle et combattre les violences basées sur le genre. « Nous tous parents, enseignants, leaders religieux et traditionnels devons favoriser l’éducation de la jeune fille jusqu’au bout », a-t-elle conclu. L’initiative « Education Plus » cible l’Afrique subsaharienne.


Read also : Industries extractives en Afrique francophone subsaharienne : la surveillance monte d’un cran

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category