Shelter Afrique : quatre décennies d’investissement dans le logement

L’institution créée en 1982 se veut aujourd’hui le leader panafricain de financement de l’immobilier avec une présence dans 44 pays du continent.


Read also : Ecole supérieure internationale de guerre : la 16 e promotion sur le terrain

En mars 2021, le Cameroun, à travers son ministre de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu), Célestine Ketcha Courtès et le directeur général de Shelter Afrique, le Zimbabwéen Andrew Chimphondah signait à Yaoundé, un mémorandum d’entente en vue de contribuer au programme de logements sociaux du gouvernement camerounais avec la construction de 3 000 logements en faveur du Cameroun. Créé en 1982, Shelter Afrique qui se veut une institution panafricaine de financement de l’habitat et du secteur immobilier sur le continent, intervenait alors là dans un domaine qu’il maîtrise parfaitement. Le Cameroun, qui est l’un des 44 Etats membres de l’Institution, n’est du reste pas à la première réalisation de cette structure dans ce secteur. Des logements ont été construits à Mfandena (Omnisports) à Yaoundé grâce à une contribution de deux milliards de F de Shelter Afrique. Une institution qui affiche aujourd’hui un peu plus de 300 projets réalisés sur l’ensemble du continent.


Read also : Cameroun – Tchad : concertation au sommet

Sur ses domaines d’intervention, ils portent notamment sur des logements à caractère résidentiel, commercial et même à usage mixte. Il agit également à travers le financement de projets, les prêts institutionnels, les prises de participation et les coentreprises, le financement du commerce et le logement social. Au rang de ses partenaires, figure la Banque africaine de développement (BAD). Shelter Afrique intervient par ailleurs dans le cadre de partenariat public-privé et en favorisant le développement du secteur privé sur le continent. Depuis 1995, Shelter Afrique apporte également son appui à des entreprises sur le continent. Au moment où le Cameroun s’apprête à prendre la présidence du Conseil d’administration de cette institution, à travers le ministre de l’Habitat et du Développement urbain, le pays siégeait déjà au sein de cette instance à travers Marie Rose Dibong, secrétaire d’Etat auprès du Minhdu, en tant que membre du Comité ressources humaines et gouvernance.


Read also : CAN 2021 et valorisation du potentiel touristique : les directives du PM

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category