Accompagnement des Pme : l’Onudi répond présente

Le nouveau représentant résident de cette institution a rencontré le ministre en charge de ce secteur lundi dernier à Yaoundé.

Raymond Tavares, nouveau représentant résident de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi) au Cameroun était l’hôte du ministre Achille Bassilekin III lundi 21 juin dernier. Les deux parties ont exploré les possibilités d’appui aux petites et moyennes entreprises (Pme) pour un meilleur épanouissement. « Notre organisation considère le Cameroun comme un partenaire stratégique. C’est l’un des pays africains où l’Onudi a organisé une conférence générale en Afrique et hors de son siège. Nous avons rassuré le ministre. Nous avons été absents pendant quelques années, mais nous revenons en pleine forme et en force pour pouvoir appuyer les Pme camerounaises dans leur développement.», a expliqué Raymond Tavares. Un appui qui va aider à être compétitives. En fait, pour le diplomate, il faudrait arriver à un niveau où les entreprises proposent des produits de qualité à des prix compétitifs. « Ça veut dire que nous allons travailler sur les services de qualité qui doivent être à proximité, qui ne doivent pas coûter très chère. Nous avons aussi parlé de la modernisation des Pme, du fait qu’avec la mondialisation, il faut qu’elles trouvent leur place dans les chaines de valeurs internationales et continentales », a-t-il conclu. 


Read also : Ciment, fer à béton et tôles : comment stopper la flambée

Une relation qui s’annonce donc riche pour les années à venir. « Entre 2022-2025, nous allons aller beaucoup plus en profondeur. Nous devons tirer partie aujourd’hui des opportunités offertes que ce soit en matière de développement du numérique pour consolider les pme, mais également renforcer l’indice des produits manufacturés dans le cadre de la production nationale », a indiqué Achille Bassilekin III. C’est dans ce sens que les deux hôtes ont convenu d’un programme de travail pour mettre en cohésion les priorités de l’Onudi et celles identifiées dans le cadre de la stratégie nationale de développement.  A terme, il est question que les Pme camerounaises accompagnent la mise en œuvre de la politique d’import-substitution ; tirer partie de la Zone de libre-échange continentale ; aient des produits manufacturés à des prix très abordables. 


Read also : Filière porcine : sous haute surveillance !

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category