Enseignement supérieur : le programme « Une santé » évalué

Un atelier a été présidé à cet effet hier par le secrétaire général du Minesup, Pr. Wilfried Nyongbet Gabsa.

L’atelier d’évaluation de la mise en œuvre des programmes de formation sur l’approche « Une santé » dans l’enseignement supérieur s’est tenu hier à Yaoundé. Faisant suite à la rencontre du 22 au 23 juillet 2020 portant élaboration des curricula de cette nouvelle approche de formation au sein des institutions publiques et privées, les échanges d’hier avaient pour objectif d’apprécier le niveau d’implémentation. Présidés par le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, Pr. Wilfried Nyongbet Gabsa, les travaux ont réuni inspecteurs, directeurs et responsables centraux du Minesup. « La mise en place de ces curricula de formation est effective dans certains établissements », a déclaré le Pr. Wilfried Nyongbet Gabsa. 


Read also : Media : Chebonkeng Calls For Professionalism

Formalisé en 2015 avec la création du Programme national de prévention et de lutte contre les zoonoses émergentes et ré-émergentes au Cameroun, l’approche « Une santé » englobe la mise en œuvre de programmes, politique, législation et travaux de recherche en vue d’améliorer la santé publique. Le programme trouve dès lors sa pertinence dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments, lutte contre les zoonoses et la résistance aux antibiotiques. Chargées de former les professionnels et de conduire la recherche dans tous les domaines, les institutions universitaires locales se sont constituées depuis 2018 en réseau dans l’optique d’élaborer un plan d’action sectoriel de l’approche « Une santé ». Le programme « Une santé » est à présent implémenté dans quatre universités d’Etat. L’atelier d’évaluation d’hier a permis aux responsables d’universités et leurs partenaires d’apporter des solutions efficientes pour améliorer la santé humaine, animale et environnementale. « Cette approche a permis à l’enseignement supérieur d’être plus performant en matière de formation et de recherche sur des pathologies relatives aux zoonoses. Nous ne faisons plus des recherches juste pour en faire mais, des travaux sur l’amélioration des conditions de vie des populations », a détaillé le Pr. Clautilde Mofor, Inspecteur des affaires académiques N°3. 


Read also : Menace d’une troisième vague : pari sur le vaccin

Un atelier sur le renforcement des capacités des institutions universitaires à l’utilisation des concepts clés et des conceptions pédagogiques de base à l’approche « Une santé » est annoncé dans les prochains jours. 


Read also : CHRACERH : les comptes sont conformes

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category