Extrême-Nord : un diplomate chez le gouverneur

Le Haut-commissaire du Canada au Cameroun, en tête d’une délégation, est allé prendre le pools de cette région qui a eu à souffrir des affres de Boko Haram.

« C’est ma toute première visite à l’Extrême-Nord. Je suis venu m’enquérir auprès du gouverneur, de la situation sécuritaire sur la frontière avec le Nigeria et dans le Bassin du Lac Tchad ». Déclaration de Son excellence Richard Bale, Haut-Commissaire du Canada au Cameroun. C’était le 10 juin dernier au terme d’une audience que lui a accordée Midjiyawa Bakari, le gouverneur de cette région. Une visite de courtoisie qui a permis au diplomate canadien d’avoir une idée précise des efforts que le gouvernement camerounais a déployés pour le retour de la paix après les incursions meurtrières de Boko Haram. Lesquels ont conduit à des déplacements massifs de populations, aussi bien des nationaux que les réfugiés nigérians.
Le gouverneur et le diplomate canadien se sont intéressés à l’assistance humanitaire que le Canada apporte dans la région, précisément dans le Mayo-Tsanaga et le Mayo-Sava. L’ambassadeur a envisagé la possibilité que son pays s’implique davantage dans la stabilisation du climat sécuritaire actuel. Richard Bale s’est d’ailleurs rendu dans le Mayo-Sava et le Mayo-Tsanaga afin d’apprécier les projets humanitaires qui y sont financés par le Canada avec « Mission inclusion », une organisation non gouvernementale qui, depuis trois ans, travaille en partenariat avec le C2D-Caritas.
L’un des temps forts de cette descente sur le terrain de la délégation conduite par le Haut-commissaire du Canada a été la visite rendue à l’Association de lutte contre les violences faites aux femmes (ALVF) que dirige Aïssatou Doumara. Le diplomate a été émerveillé par les réalisations à l’actif de cette organisation qui travaille dans l’un des domaines qui lui est cher : l’égalité des genres. 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category