Softeller : l’opérateur financier digital

L’application offre des services efficaces, peu coûteux, accessibles, sécurisés et rapides.

Lauréat de la deuxième édition des Awards dans la catégorie Best Fintech, Softeller est un produit digital de la start-up camerounaise Iwomi Technologies. La Fintech souhaite lutter pour l’inclusion financière au Cameroun. En quelques années d’activités, Iwomi technologies a développé plusieurs solutions innovantes parmi lesquelles, Softeller. C’est une solution bancaire basée sur le mobile offrant des services efficaces, peu couteux, accessibles, sécurisés et rapides.  D’après les promoteurs de ce concept, Softeller intervient dans un environnement où plus de 70% de la population est « encore non ou sous-bancarisée ». « Nous sommes un opérateur financier digital engagé dans la lutte pour l’inclusion financière des pays africains », souligne Aymard Djadchin, team leader du projet.


Read also : 2021 GCE Exams : Marking Ongoing In Buea, Limbe

Dans leur volonté de contribuer à l’amélioration du quotidien des populations, son groupe et lui ont pensé à élaborer diverses solutions qui changeront les habitudes des utilisateurs. Mais surtout qui faciliteront la vie de ces derniers. Softeller offre ainsi des services axés sur le paiement de salaires, le microcrédit, le transfert d’argent, le paiement des factures, la recharge de crédit téléphonique et le service de notification.


Read also : Rentrée scolaire : on inscrit déjà dans le privé

La plateforme web  de ce service est disponible en ligne sur le site www.softeller.com. Pour y accéder, l’utilisateur crée son compte sur la plateforme et peut alors bénéficier de tous les services qu’elle offre. Notamment, transfert d’argent, recharge de crédit téléphonique, paiement de factures, de salaires, de notifications de messageries et d’appels. Ce nouveau produit est également présenté par les concepteurs comme un service intéressant pour les sites de e-commerce. « Il est utile pour les paiement Mobile Money sur vos sites de e-commerce », poursuit Aymard Djadchin.  A l’en croire, les transferts sont déjà opérationnels. Mais, des contrats sont en cours de négociation avec les entreprises locales.


Read also : Ecoles normales d’instituteurs : réflexion sur la mise à jour des programmes

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category