« Nous accueillons aujourd’hui près d’un million de réfugiés »

Lejeune Mbella Mbella, ministre des Relations extérieures

Monsieur le ministre, quelle importance le Cameroun accorde-t-il à la journée mondiale du réfugié ? 
La Journée mondiale du réfugié appelle à une prise de conscience collective des droits, des besoins, des rêves et aspirations des réfugiés. Elle contribue également à la mobilisation de la volonté politique et des ressources, afin de permettre non seulement la survie des réfugiés, mais aussi leur épanouissement. S’il est important au quotidien de protéger et d’améliorer les conditions de vie des réfugiés, il n’en demeure pas moins que les journées internationales, à l’instar de la Journée mondiale du réfugié, constituent une opportunité d’attirer l’attention du monde entier sur le sort de ces personnes contraintes de fuir les conflits et la persécution. En effet, plusieurs activités organisées à cette occasion offrent des possibilités d’apporter un appui aux réfugiés. Le Cameroun, pays accueillant près d’un demi-million de réfugiés, célèbre cette Journée pour réaffirmer son engagement dans la recherche d’une solution pérenne à la problématique de cette population cible. 
Le thème des manifestations cette année est axé sur « l’inclusion ». Pouvez-vous nous en dire davantage sur les progrès réalisés par le Cameroun quant à l’inclusion de ces personnes ?
Le Gouvernement du Cameroun n’a cessé de déployer des efforts considérables en faveur des réfugiés depuis qu’il a enregistré ses premiers réfugiés dans les années 80. Tous ces efforts ont été orientés vers l’inclusion de ceux-ci dans la société camerounaise. A titre d’illustration, 70 % des réfugiés présents au Cameroun vivent parmi les communautés camerounaises hôtes. Par ailleurs, le Gouvernement du Cameroun a, au fil des années, entrepris des actions visant l’inclusion des réfugiés, notamment dans les domaines de l’éducation, de la santé et dans le milieu socio-professionnel. En outre, des négociations sont actuellement en cours avec les partenaires œuvrant dans les domaines de l’humanitaire et du développement, afin d’aider le Gouvernement à délivrer des pièces d’identité biométriques aux réfugiés. Aussi, auront-ils accès à davantage de services et seront-ils mieux intégrés dans la société.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category