Soins de santé : Ad Lucem élargit son offre

Les responsables de la fondation ont dévoilé cinq projets phares au cours de leur assemblée générale le 24 juin dernier à Yaoundé.

Un hôpital avec au centre des préoccupations les personnes démunies. C’est l’objectif que se fixe la Fondation Ad Lucem au Cameroun (Falc). Le 24 juin dernier, les membres de cette institution étaient réunis à l’occasion de leur assemblée générale à Yaoundé. Dans le but d’élargir ses prestations, la Fondation a présenté cinq projets. Il s’agit du CHU d’Olembe à Yaoundé. D’une capacité de 300 lits, ce centre de formation ambitionne d’accueillir des infirmiers qui seront formés à l’éthique Ad Lucem. L’hôpital de Mfou est quant à lui en cours de finition. D’une capacité de 150 lits, ce centre hospitalier offrira plusieurs services spécialisés. Pour ce qui est du centre d’hémodialyse de Bafang, Ad Lucem voudrait accompagner l’Etat dans la prise en charge des malades. « Le château d’eau est déjà construit. Le bâtiment est en train d’être aménagé. Nous espérons que ce centre sera opérationnel en fin 2022. Sans oublier l’école des infirmiers de Ndeng et l’hôpital de Maroua. Car nous voulons avoir une structure dans chaque région du Cameroun. Nous avons engagé des démarches pour obtenir un terrain en vue de lancer les travaux pour la construction », a relevé la présidente du Conseil d’administration. Pour elle, « la Fondation Ad Lucem au Cameroun se porte très bien malgré la situation liée au Covid-19 que nous vivons actuellement. »
Placé sous la présidence du ministre de la Santé publique, l’événement a connu la présence de Madeleine Tefak, présidente du Conseil d’administration, du Dr Bidjogo Atangana, administrateur directeur général et de nombreux partenaires. L’ordre du jour portait sur le bilan des activités menées au cours des exercices 2017 et 2018. Mais il était surtout question de revoir sa stratégie des différentes offres de services permettant de se rapprocher de toutes les catégories de malades. « Nous voulons faire des hôpitaux de choix pour tout Camerounais qui a un problème de santé et qui ne doit pas se poser de questions pour se soigner, même s’il n’a pas d’argent. Nous voulons également améliorer ces services. La Fondation a pour ambition de faire la médecine des riches pour les pauvres, à savoir des services de haute qualité », a indiqué Dr Bidjogo Atangana. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category