Médecine bucco-dentaire : 182 chirurgiens-dentistes opérationnels

Les lauréats de la Faculté de médecine et des sciences biomédicales, ainsi que ceux de l’Université des montagnes de Bangangté, ont prêté serment hier à Yaoundé.

Désormais, ils appartiennent au cercle des chirurgiens-dentistes du Cameroun. 182 lauréats ont prêté serment pour devenir des professionnels pleins. Ils viennent de la Faculté de médecine et des Sciences biomédicales (Fmsb) de l’Université de Yaoundé I, ainsi que de la Faculté des Sciences de la Santé de l’Université des montagnes (Udm) de Bangangté. Organisée au siège de l’Ordre national des médecins du Cameroun à Yaoundé, la cérémonie a été présidée hier par le Pr. Ndjock Richard, secrétaire général du ministère de la Santé publique et représentant le ministre, en présence du président de l’Ordre national des médecins du Cameroun, Dr Guy Sandjon, et la présidente de l’Ordre national des chirurgiens-dentistes du Cameroun, Dr Chantal Tankoua-Sunou.
Aux nouveaux professionnels de la médecine bucco-dentaire, les aînés ont formulé une série de recommandations. Les premières viendront du Dr Guy Sandjon. Pour leur dire qu’ils sont la crème, au regard du nombre de candidats choisis chaque année au concours national. Dr Chantal Tankoua-Sunou leur rappellera quant à elle qu’être chirurgien-dentiste est une profession bien distincte de la médecine. « Il s’agit d’une profession à part entière avec ses spécialités. Vous entrez dans une profession extrêmement plaisante et vous devez en être fiers. Après sept ans de formation, vous allez commencer à apprendre dès maintenant les spécificités cliniques », a-t-elle martelé. Et le SG du Minsanté d’appuyer sur l’importance d’une formation plus poussée. « L’école camerounaise de chirurgie dentaire est jeune et immature. Depuis que nous formons des chirurgiens-dentistes au Cameroun, il n’y a aucun agrégé et cela est dommage. Ne vous contentez pas seulement d’être chirurgiens-dentistes. Elevez-vous vers des biens immatériels, c’est-à-dire la spécialisation », va exhorter le Pr. Richard Ndjock.
En tendant le bras droit à 45° devant leurs aînés, les lauréats ont pris l’engagement d’être fidèles aux lois de l’honneur et la probité, de garder le secret professionnel de leurs patients même après la mort, d’accorder le respect dû aux aînés, de considérer leurs collègues comme des frères, entre autres. Des lots ont par ailleurs été remis aux majors des deux institutions universitaires. Il s’agit du Dr Marcelle Tiossock Fometio, major de la cuvée des 100 venant de la Fmsb. A l’Udm, la cuvée des 82 lauréats est menée par le Dr Arole Kenfack Keubou.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category