Rdpc : 23 militants graciés et réhabilités

Une décision du président national, Paul Biya, signée le 24 juin dernier lève les sanctions infligées à certains responsables à la suite du double scrutin législatif et municipal de février 2020.

Graciés et réhabilités. C’est le sort de 23 responsables et militants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) à la suite d’une décision du président national de cette formation politique prise le 24 juin 2021. Celle-ci a été prise à la suite des demandes de grâce formulées par les intéressés, mais également dans la nécessité d’assurer le bon fonctionnement du parti, comme on peut le lire sur la décision concernée. Parmi les militants graciés et réhabilités, des magistrats municipaux à l’instar de Albert Emmanuel Nlend, le maire de la ville d’Edéa, Jean Marie Abouna, le maire de Yaoundé 1er, Jean Jacques Lengue Malapa, maire de Douala 1er, Bernard Missinga, maire d’Edéa 1er, Dieudonné Betambou, maire de Ndobian dans le Nkam, Martin Savom, maire de Bibey dans la Haute-Sanaga… Autant dire qu’ils recouvrent leurs droits de militants au sein de cette formation politique. Ce qui n’est pas le cas pour les 55 autres qui sont toujours sous le coup des sanctions qui leur avaient été infligées. 
C’est le 9 septembre 2020 que le président national du Rdpc avait signé la décision sanctionnant 78 militants de cette formation politique. Des sanctions qui intervenaient après l’audition de ceux-ci par la Commission de discipline ad hoc du Comité central chargée de connaître des cas d’indiscipline relevées lors des élections municipales du 9 février 2020. Les travaux de cette instance disciplinaire, instituée depuis 2013, se sont tenus au siège du Rdpc à Yaoundé du 20 au 31 août 2020. Sur les 89 militants traduits devant cette instance, 11 avaient été mis hors de cause pour faits non établis, alors que les 78 autres écopaient de sanctions allant de la lettre 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category