Histoire du Cameroun : une encyclopédie en gestation

Le Comité scientifique en charge de la rédaction de ce document s’est réuni mercredi dernier à Yaoundé pour établir notamment le chronogramme des activités.

Toute l’histoire du Cameroun couchée dans un nouveau livre. L’honneur a été donné par le chef de l’Etat aux experts et éminents professeurs d’histoire d’écrire les belles pages de cette « Afrique en miniature ». Après la rencontre de prise de contact le 15 avril dernier, les membres du Comité scientifique en charge de la rédaction d’une encyclopédie sur l’histoire générale du Cameroun se sont retrouvés mercredi dernier au Musée national à Yaoundé. Objectif visé : établir un plan définitif de l’ouvrage et le chronogramme des activités y afférentes. « Notre projet remonte à deux mois. Il est donc fortement indiqué de passer à la vitesse supérieure et de rendre à nos compatriotes leur fierté à travers leur histoire. Nous devons donc mériter la confiance du chef de l’Etat qui a bien voulu nous mettre au travail en produisant les résultats escomptés », a exhorté d’entrée de jeu Théophile Eyango, inspecteur général au ministère des Arts et de la Culture (Minac) qui a présidé les travaux au nom du ministre. Car, d’après ce dernier, l’histoire du Cameroun souffre péniblement de toutes ces déformations et détériorations provoquées par l’absence des écrits fédérateurs sur « notre patrimoine historique commun ». 
Conscients du travail intense qui les attend, les membres du Comité scientifique n’ont pas eu le temps de se tourner les pouces. Pendant les deux mois ayant suivi leur prise de contact en avril dernier, des réflexions ont été menées sur les projets de plan et de bibliographie afin d’établir un chronogramme et le plan de travail. « Le plus important pour une histoire ou un livre dans l’ensemble, c’est la conception un plan et nous sommes à ce niveau-là pour penser comment écrire cette histoire. Et pour l’écrire, nous allons arrêter un certain nombre d’éléments qui vont nous permettre de bâtir cette histoire qui se fera en plusieurs ouvrages », a expliqué le Pr. Daniel Abwa, l’un des vice-présidents du Comité scientifique. Pour cet historien émérite, un peuple qui ne connait pas son histoire ne sait pas d’où il vient et où il va. D’où l’importance pour les Camerounais d’apprendre leur histoire. Tout simplement parce que ces mouvements vécus dans le pays montrent qu’il n’y a pas une véritable insertion dans l’histoire du Cameroun. Car, certains se considèrent comme des mercenaires et acceptent le repli identitaire à la place de la Nation. « Ceci parce qu’on n’a pas assez enseigné l’histoire du Cameroun. D’où la nécessité de se mettre à l’enseignement de l’histoire du Cameroun au moins à 75% », a souligné le Pr. Daniel Abwa.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category