Fecafoot : de nouveaux textes adoptés

L’Assemblée générale extraordinaire à adopté hier les statuts, les codes électoral et éthique.

Après plus de six heures de travaux hier à l’Hôtel Mont Febe de Yaoundé, la session extraordinaire de l’Assemblée générale (AG) de la Fecafoot a adopté les nouveaux textes réglementaires de l’instance. Par 82 voix pour, 11 voix contre et deux bulletins nuls les délégués à ces assises ont adopté les nouveaux statuts, le code électoral, le code éthique, le code disciplinaire et le règlement financier. Un corpus de textes réglementaires qui, à quelques exceptions près, sont identiques à ceux votés en 2018. « Face à ces textes rénovés, la Fecafoot est plus fraîche, mieux adaptée à l’évolution du temps et de son environnement », a indiqué Seidou Mbombo Njoya le président intérimaire de la Fecafoot à la fin des travaux.
Comme évoqué précédemment, on ne devrait pas s’attendre à de grands bouleversements dans les socles juridiques de l’instance fédératrice du football national. Contrairement aux statuts de 2012 régissant les travaux d’hier, on note l’augmentation de la représentativité du football professionnel. Celui-ci gagne désormais une place supplémentaire en assemblée générale en passant de cinq à six délégués. Les délégués par région régressent de 9 à 6. On note également l’introduction des AG virtuelles à côté de celles en présentielles. Leur introduction se justifie par la persistance de la situation sanitaire actuelle liée à la pandémie du coronavirus. Aussi, en relation avec le projet de statuts proposés, les délégués ont soulevé la question d’une meilleure représentativité féminine à l’AG de la Fecafoot. Seidou Mbombo Njoya a promis d’inscrire le sujet prochainement à l’une des réunions du Comité exécutif afin de se pencher sur la question.
Fait marquant fortement salué par les délégués : l’esprit constructif et la richesse des propositions qui ont marqué la séance de travail statutaire. « On a assisté à un débat ouvert. Le président Seidou Mbombo Njoya a laissé la latitude à chacun de pouvoir s’exprimer », a indiqué François Kouedem, le président de la Ligue régionale de football de l’Ouest. La région du Centre s’est illustrée par son organisation. Robert Bapooh Lipot et Michel Mbida ont porté les aspirations et les réclamations des représentants à cette assemblée qui a un temps laissé croire à des débats houleux. Singulièrement sur la représentativité du football professionnel à cette session extraordinaire. « Nous représentons quoi ? La Ligue de football professionnel du Cameroun dissoute ? » s’est interrogé Prosper Nkou Mvondo, un des délégués de cette famille du football, avant l’adoption de l’ordre du jour. Selon ce dernier, la Ligue étant dissoute, les 35 clubs professionnels devraient être présents à ces travaux en tant que membres autonomes de la fédération. Une situation impossible au regard de la répartition des délégués par les statuts de 2012, a-t-il reçu comme explication. Franck Happi pour sa part, a insisté sur l’inscription de la mise en place d’une nouvelle Ligue de football professionnel comme nouveau point à l’ordre du jour. La question fera l’objet d’une discussion ultérieure, a-t-on appris. 
Il faut préciser que Rolf Tanner, le chef de département de gouvernance des associations membres de la Fifa et Jean Guy Blaise Mayolas, le président de la Fédération congolaise de football (repésentant de la Caf) ont participé à ces travaux au moyen de la visioconférence. Il a été également remarqué la présence de deux représentants du ministère de l’Administration territoriale et deux du ministère des Sports et de l’Education physique. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category