Situation sécuritaire à l’Ouest : le dispositif resserré

Sur très hautes instructions du chef de l’Etat, le ministre délégué à la présidence, chargé de la Défense, a effectué, le week-end dernier, une visite de travail dans cette région, suite à des attaques à répétition perpétrées par des groupes armés venus d

Il y a quelque chose qu’il faut éviter à tout prix : que le péril sécuritaire qui sévit dans le Nord-Ouest ne migre à l’Ouest. Le ministre délégué à la présidence, chargé de la Défense (Mindef), l’a martelé vendredi dernier, au cours d’une réunion de crise et de recadrage sécuritaire à Mbouda, chef-lieu du département des Bamboutos. Joseph Beti Assomo effectuait alors une visite de travail les 22 et 23 juillet dans la région de l’Ouest, sur très hautes instructions du chef de l’Etat, chef des forces armées. « Le président de la République est très préoccupé par les nouvelles sécuritaires lui étant parvenues de cette région depuis quelques mois. Nouvelles faisant état des attaques de certaines positions des forces de sécurité et de défense (FDS, ndlr), notamment dans les Bamboutos, le Noun et la Menoua. Il nous a demandé de prendre toutes les mesures qu’il faut pour endiguer cette situation », a expliqué le Mindef à la presse. 
Des directives sécuritaires ont ainsi été données. Elles portent, entre autres, sur le renforcement des effectifs et des moyens. Par ailleurs, un accent particulier sera mis sur la redynamisation des comités de vigilance et la sensibilisation des populations, afin que celles-ci coopèrent un peu plus avec les forces de défense et de sécurité. Sur ce dernier aspect, la collaboration des autorités traditionnelles continuera à être sollicitée. Il est surtout question de mettre un terme aux complicités qui ont souvent été enregistrées lors des offensives ennemies. Lesquelles se sont souvent soldées par des pertes en vies humaines et en matériels du côté des FDS, surtout des armes de guerre. Un lien Armée-Nation qu’il faut absolument renforcer, pour empêcher la menace terroriste de progresser vers l’Ouest, région qui supporte déjà le lourd fardeau de la guerre, en accueillant les déplacés internes fuyant les atrocités perpétrées par les bandes armées séparatistes.
Tenue à huis clos, la réunion stratégique du 23 juillet dernier était le point culminant de la visite du Mindef débutée dans la ville de Bafoussam. Il s’est agi aussi de faire l’évaluation sécuritaire qui prévaut le long de la frontière entre l’Ouest et le Nord-Ouest et de rassurer les populations de la région de l’Ouest, inquiètes de ces attaques à répétition. La rencontre s’est tenue à Mbouda, dans la mesure où les Bamboutos restent le département de la région de l’Ouest le plus visé par les incursions terroristes. Cette concertation a connu la participation de plusieurs officiers généraux parmi lesquels le commandant de la cinquième région de Gendarmerie, le général de brigade Ekongwese Divine Nnoko, et le commandant de la cinquième région militaire interarmées, le général de brigade Nka Valère. En bonne place également, le gouverneur Awa Fonka Augustine, les préfets des Bamboutos, du Noun, de la Menoua et de la Mifi. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category