Protection des mers et des océans : appel à la mobilisation

Hele Pierre, ministre en charge de l’Environnement a émis ce vœu le 23 juillet dernier à Yaoundé, à l’occasion de la célébration des journées internationale et africaine.

Les mers et les océans en Afrique et au Cameroun subiraient-ils des menaces de divers ordres au quotidien ? C’est en tout cas le sentiment qui se dégage de la célébration couplée des journées internationale et africaine des mers et des océans ainsi que celle des 40 ans de la convention d’Abidjan, le 23 juillet dernier à Yaoundé. C’était sous la présidence du ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature et Développement durable, Hele Pierre. Pour mieux faire résonner l’appel à la mobilisation, les autorités camerounaises ont choisi de s’interroger sur le thème : « Quelles synergies pour la conservation et l’utilisation durable des espaces maritimes sous juridiction camerounaise et leurs ressources marines ? ». 
Pour ce faire, les participants rassemblés en présentiel et par vidéo-conférence sont unanimes sur certaines réalités et menaces vécues aussi bien au Cameroun que dans le monde. Notamment que les mers et les océans au Cameroun sont menacés par l’acidification, la pollution, la diminution de leur capacité à fournir l’oxygène et à séquestrer le carbone. Sur une échelle plus globale, l’on apprend que les espèces qu’abritent les mers et les océans sont aujourd’hui surexploitées ou menacées. On parle alors de 90% des grands prédateurs qui ont disparu, 50% des récifs coralliens détruits, de 80% des eaux usées dans le monde sont rejetées sans traitement dans les mers et les océans, lesquels sont par ailleurs occupés par un volume impressionnant de plastiques. Sans oublier que les Etats insulaires sont simplement menacés de disparition. Face à toutes ces données, Hele Pierre a déclaré : « Nous devons plus nous mobiliser pour sauver nos mers et nos océans, ceci passe par une prise de conscience individuelle et collective accompagnée d’un changement de nos habitudes mais aussi par l’innovation ». Il a ainsi profité pour interpellé tous les acteurs impliqués, en occurrence ceux exerçant dans l’industrie portuaire, la biotechnologie marine, la recherche scientifique marine, la pêche et l’aquaculture, le transport maritime, l’exploitation minière, etc. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category