Ulrich Takam : le comédien 2.0

L’humoriste camerounais a investi la Toile, faisant de la web-série son territoire.

Ulrich Takam est devenu synonyme de web-séries, ces mini-programmes retrouvés sur YouTube. Peu de temps pour faire rire, des comédiens-aimants à blagues et une réalisation satisfaisante, tout juste ce qu’il faut pour trouver la recette à l’humour sur la Toile. « Les délires de Takam », « Les Feats de Takam », « Les parodies de Takam », « Les capsules de Takam », « Ekol Publik Groupe 2 », et plus récemment « Amis à vie », sans oublier des projets-vidéos récurrents sur sa page Ulrich Takam Officiel sur YouTube : le jeune humoriste est une machine à tourner et à produire. 364.000 abonnés suivent fidèlement ses aventures sur son compte qu’il alimente régulièrement. Autour d’Ulrich Takam, gravite un univers de comédiens. Joys Sa’a, Aissatou Njoya, Frida Choco, Raïssa Chimala, et bien d’autres. Sans parler des guest-stars comme Mamiton, Valery Ndongo, Blanche Bana, Eshu Rigobert, et des visages du milieu de la musique qui se prêtent au jeu. Prolifique, Ulrich Takam a près de 300 épisodes différents de web-séries. Il aime à reproduire des scènes de la vie quotidienne, et entraîne son public dans l’intimité de la jeunesse camerounaise. Au-delà du rire, ses œuvres montrent ses pairs en quête d’emploi, d’amour, tout simplement d’un avenir.
Avant la Toile, Ulrich Takam, 27 ans, s’exprimait dans des one man show. Son talent explose aux yeux de tous à La Caravane de l’humour à Douala en 2018, où il est sacré révélation humoristique. La même année, il est sélectionné parmi les 10 finalistes du Prix RFI Talents du rire, participe à la 6e saison du « Parlement du rire », et se démarque comme lauréat du Prix Goethe Découverte. C’est sur les bancs du département des Arts du spectacle et cinématographie de la Faculté des lettres de l’Université de Yaoundé I qu’il se découvre un humour à tout rompre. « Je me retrouve en art du spectacle par un concours de circonstances, après avoir raté deux fois l’entrée à l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication (ESSTIC) et obtenu un diplôme d’enseignant à l’ENIEG », rappelle le jeune comédien. 
Ce séjour à l’université sera pourtant la porte ouverte sur sa future carrière. A Ngoa-Ekelle, Ulrich Gildas Tchinde Takam se spécialise en théâtre. Avec l’aide du metteur en scène Landry Nguetsa, il rédige le texte qui deviendra son premier spectacle : « Faut pas rêver ». La pièce est présentée devant le public de son université le 20 octobre 2016, puis passera par les planches d’espaces culturels comme La Case des arts ou OTHNI à Yaoundé. L’humour pour lui, c’est bien plus qu’un comédien qui fait des blagues à un mariage. C’est un artiste plein, capable d’offrir une prestation en solo. Une volonté qui transparaît en dehors de la scène, comme lors de ses anciennes animations radio et télé sur Kalak FM et Canal 2.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category