« Je souhaiterais faire partie des décideurs de demain »

Djomou Touomou, président national des Forces des démocrates camerounais.

Qu'est-ce qui vous a motivé à créer les Forces modernes des démocrates camerounais, alors que l'environnement politique semble déjà bien occupé ?
L'environnement politique au Cameroun n'est pas du tout saturé. En effet, sur le papier, il y a environ 328 partis légalisés mais en pratique, il y a moins d’une quinzaine qui soient actifs. Etant un Camerounais bien convaincu des potentialités de notre cher pays et de ses citoyens, je souhaiterais faire partie des décideurs de demain, en vue de participer de façon active à la construction et/ou reconstruction voire, à la transformation réelle et positive du Cameroun en un pays dont nous rêvons tous pour l'émancipation de tous. Bien entendu, cette participation doit se faire dans le respect des règles de la bonne gouvernance.
Comment comptez-vous vous démarquer dans un tel contexte ? 
Les Camerounais ne sont pas dupes. Ils ne suivent pas un leader politique sans se poser de questions, sans se convaincre de la nécessité de le faire. Pour les convaincre de nous suivre, nous allons leur proposer du sérieux. Des stratégies sont en cours d'élaboration et elles seront dévoilées au moment opportun. Notre projet de société, finement conçu, sera tel que chaque Camerounais, du Cameroun ou de l’étranger, s’y retrouvera. Il sera tel que les richesses de notre beau pays seront rationnellement et équitablement partagées à tous les fils et filles du Cameroun.
Quel est l'agenda de votre parti, d'ici les prochains rendez-vous électoraux ?
Tout est en train d'être mijoté. Nous nous préparerons en conséquence pour éviter le moindre effet de surprise. Ainsi, nous serons prêts le moment venu.
Concernant les inscriptions sur les listes électorales, que faites-vous pour inciter les Camerounais à le faire ?
Nous y travaillons car c'est un point déterminant. Déjà de bouche à oreille, nous le faisons. A travers les réseaux sociaux. En effet, il est irraisonnable de faire des meetings dans les conditions sanitaires actuelles ou le Covid-19 fait des ravages.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category