Prise de la 2e dose de vaccin : le retard, à éviter

Pour les vaccins AstraZeneca et Sinopharm, certains oublient de respecter le calendrier après l’administration de la 1ère dose. Ils sont exposés à la maladie pendant cette période.

Ce mardi 27 juillet, Cunégonde N. a rendez-vous au centre de vaccination du centre de prise en charge des patients atteints du Covid-19 au quartier Mvog-Mbi à Yaoundé. Elle souhaite prendre la deuxième dose du vaccin AstraZeneca. La jeune dame tient à respecter le rendez-vous inscrit sur le carnet jaune délivré lors de l’administration de la première dose le 26 mai dernier. « Je n’ai pas eu de SMS. Mais, je sais que la date a été inscrite sur mon carnet lors de la première prise », dit-elle. Tout le monde n’a pas la mémoire de Cunégonde. Il arrive que certains oublient, faute de rappel ou de temps, d’aller prendre la deuxième dose du vaccin contre le Covid-19.
Selon Dr Shalom Tchokfe Ndoula, secrétaire permanent du Programme élargi de vaccination (PEV), le risque réel en cas de retard est essentiellement l’absence d’immunité. « Après une certaine période, l’efficacité de la première dose ne reste pas longtemps. Dans ce cas, ces personnes retrouvent le statut des personnes non vaccinées », dit-il. Par ailleurs, « lorsqu’une personne ne respecte pas le délai entre les deux doses, elle est à risque jusqu’à ce qu’elle prenne sa deuxième dose », complète-t-il. L’efficacité du vaccin est donc complète avec la prise de la deuxième dose. Dans les centres de vaccination, le rappel est essentiellement noté sur la carte. « Les mécanismes de rappel que nous avons, consistent à porter les dates de vaccination sur la carte. On travaille actuellement pour mettre en place un système de rappel par SMS. Cela devra être personnalisé en fonction de la date de prise de la deuxième dose », assure Dr Shalom Tchokfe.
Le Cameroun a entamé la vaccination le 12 avril dernier avec les vaccins AstraZeneca et Sinopharm. Ils s’administrent tous en deux doses. L’écart entre la première et la deuxième dose est de 21 jours pour Sinopharm. En ce qui concerne AstraZeneca, le Cameroun a standardisé ce délai à huit semaines, même s’il peut aller jusqu’à douze semaines dans d’autres pays. Les médecins encouragent la prise de la deuxième dose à un délai reculé de la première prise. « L’efficacité est mieux boostée losrqu’on prend la deuxième dose assez tard, après la première. Tant que l’on reste dans les délais recommandés », assure Dr Shalom Tchokfe. Au 13 juillet dernier, les statistiques du PEV révélaient que 1,7% de la population cible avait déjà pris la première dose du vaccin. Contre 0,3% pour la deuxième dose.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category