Art, beauté : un nouveau concept voit le jour

« Abeng Té », présenté au public le 22 juillet à Douala, met en exergue la culture africaine.

Le nouveau concept « Abeng Té », qui veut dire en langue ewondo « Quelle beauté ! », a été présenté le 22 juillet dernier à Douala. La Maison du Combattant de Bonanjo a été choisie pour l’évènement. Pour M. Manga, concepteur et promoteur, il est question, à travers ce concept, d’allier tradition, chic et modernité « Notre objectif est de faire dans un premier temps un retour aux sources, qui est d’ailleurs le thème retenu pour cette première édition, de faire rayonner l’art, la culture et la beauté africaine, et faire un clin d’œil aux valeurs d’antan qui disparaissent peu à peu », explique-t-il.
Au menu ce jour-là, après la cérémonie protocolaire présidée par la déléguée régionale du ministère des Petites et moyennes Entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa) pour le Littoral, Marie-Berthe Bala Ngono, une foire exposition. Dans la salle attenante à celle de la cérémonie, des vêtements, de l’ameublement du Cameroun et de l’Afrique en général, confectionnés à partir du bois de nos forêts, par des artisans et des tisserands. Egalement exposés, des produits de beauté made in Cameroon et in Africa. « On peut s’habiller chic, avoir un ameublement chic dans les maisons, avec une touche traditionnelle », a précisé le promoteur.
Le concept « Abeng Té » préconise aussi un retour aux valeurs morales et à l’éthique qui, selon Claudine Manga, sont en chute libre. Pours elle, les femmes ne savent plus se vêtir correctement, s’asseoir avec dignité et respect de l’entourage. Il sera aussi question d’éduquer les jeunes filles à travers les mamans, pour une société moderne aux couleurs et valeurs traditionnelles.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category