Nécrologie : Cheick Oumarou Malam Djibring n’est plus

Décédé aux premières heures de vendredi des suites de maladie, il a été inhumé le même jour, après une prière mortuaire effectuée à la mosquée centrale de la Briqueterie à Yaoundé.

La communauté musulmane du Cameroun est en deuil. Cheick Oumarou Malam Djibring, grand prédicateur, islamologue, polyglotte (arabe, français, anglais, hausa et fulfulde), président national du Conseil supérieur islamique du Cameroun n’est plus. Il a rendu son dernier souffle aux premières heures de vendredi 30 juillet à Yaoundé, suite à une courte maladie. Il a été inhumé au cimetière municipal de Nkolfoulou dans la stricte tradition musulmane, après une prière mortuaire effectuée à la mosquée centrale de la Briqueterie, en présence d’un grand rassemblement de personnes musulmanes et non-musulmanes.
Le Cheick Oumarou Malam était cette voix suave et apaisante qui a retentit dans les prêches des grandes occasions durant plus de 40 ans. Ayant œuvré toute sa vie pour l’Islam, pour la paix et la cohésion nationale, le disparu était l’une des voix les plus autorisées pour les interventions médiatiques pour faire passer le message religieux. Ce disparu fut également l’un des premiers animateurs de l’émission « Islam et société » au Poste national et de l’émission télévisée « Connaissance de l’islam » à la Crtv.
De son vivant, Cheick Oumarou Malam portait la voix de l’Islam même dans des occasions religieuses organisées par des obédiences non musulmanes. Il est ainsi reconnu par les chrétiens comme l’un des acteurs du dialogue islamo-chrétien. « Nous perdons là une personne centrale qui œuvrait pour la construction d’un pays qui se veut uni et prospère », a reconnu le Révérend Libom Li Likeng. « Il a œuvré pour que le message de l’Islam soit aisément compris aussi bien par les musulmans que les non-musulmans », a témoigné le coordonnateur national du Cidimuc, le Dr Moussa Oumarou. Sa disparition est donc une énorme perte pour ceux qui l’ont connu, à l’instar de l’imam Pr. Souley-Mane, ami du défunt. « Nous avons perdu un frère modeste, intègre et très convivial. Il fût pour moi un frère, un ami et un modèle. Sa disparition laisse un vide non seulement au sein de sa famille nucléaire mais aussi dans toute la communauté musulmane. Il a été un ambassadeur infatigable de l’Islam aux travers de ses interventions », regrette-t-il. Pour sa vie professionnelle, Cheick Oumarou Malam a occupé le poste de chef de gare voyageurs à Camrail, puis pour la gare marchandise de la même structure à Yaoundé.  Il laisse une grande famille, avec plusieurs enfants.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category