Maturation des projets : douze dossiers à la loupe

Ils ont été évalués vendredi dernier à Yaoundé en prélude à leur inscription au budget de l’Etat au cours de la 2e session du comité technique interministériel.

La maturité de douze projets soumis par les maîtres d’ouvrage a été examinée par des experts le 30 juillet dernier à Yaoundé. Il s’agit entre autres du projet de construction d’une nouvelle usine d’huile de palme et d’hévéa à la CDC, de l’aménagement et la valorisation des investissements de la vallée de la Bénoué, de l’appui au renforcement de la gestion des finances publiques, de l’extension du programme d’appui à la réforme de l’éducation au Cameroun, de l’aménagement de 15 280 d’hectares de périmètres fourragers dans la région de l’Adamaoua, de la réhabilitation de la station d’adduction d’eau potable de Japoma, du projet d’appui au développement des compétences du secondaire pour la croissance et l’emplois. 
C’était Au cours de la 2e session du comité technique interministériel d’experts chargés de l’examen des dossiers de maturité présidé par le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), Paul Tasong. Pour justifier ces assises, le ministre délégué a évoqué la stratégie nationale de développement 20-30, qui  ambitionne de renforcer le niveau de l’investissement public à l’horizon 2030, pour le situer à 40% des dépenses totales de l’Etat. Cette stratégie met aussi l’accent sur le nécessaire renforcement de la qualité des projets. Il faut dire que les résultats des travaux d’évaluation conduits il y a quelques années sur l’investissement public, ont mis en exergue des insuffisances dans la préparation des projets. « Ces insuffisances ont conduit à l’abandon de nombreux projets, des retraits observés dans l’exécution des projets ou encore des malfaçons », a déploré Paul Tasong. Autre frein à la maturité des projets, l’absence d’une démarche cohérente d’évaluation de la qualité des projets, avant leur inscription dans le budget de l’Etat. 
Pour faire face à toutes ces insuffisances, le gouvernement avait alors engagé un train de réformes visant à assurer la maturité complète des projets avant leur inscription dans le budget de l’Etat, afin de permettre  leur bonne exécution au bénéfice des populations. Les projets soumis à l’appréciation, ont fait l’objet d’un examen par les commissions internes de maturation  ministérielles instituées par le décret du Premier ministre, chef du gouvernement 21 juin 20218. D’après le ministre délégué, le décret du premier ministre chef du gouvernement instruit un processus d’appréciation de l’état de préparation des projets d’investissement public. Lors des travaux de vendredi dernier, le comité qui est l’instance ultime de ce dispositif avait donc pour chacun des douze projets, la charge d’évaluer le processus de maturation, apprécier leur niveau de préparation et examiner la mise en œuvre de la nouvelle démarche.    
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category