Crédits scolaires : la saison est ouverte

Dans les établissements bancaires et les microfinances, les parents peuvent emprunter jusqu’à neuf millions de F à des taux d’intérêt qui oscillent entre 1,5% et 11,5%.


Il souffle comme un vent de rentrée scolaire dans les établissements bancaires et de microfinance basés dans la ville de Yaoundé. Ils ont ouvert depuis le 1er juin dernier, des offres de crédits scolaires à destination de leurs clients, dans le but de leur permettre de gérer avec quiétude les frais de scolarités. Les offres présentées aux usagers diffèrent d’une banque à l’autre, notamment au niveau des montants et des taux d’intérêt. A direction générale d’Afriland First Bank par exemple, une affiche renseigne que le taux d’intérêt fixé ici est de 10,75% pour tous les salariés (fonctionnaires ou agents du secteur privé). Ce taux baisse pour les entreprises ayant signé des conventions de partenariat avec cette banque. Le minimum accordé est de 100.000 F et le maximum, 9,5 millions F, disponible en 24 heures et remboursable en 12 mois.  
Du côté de CCA Bank, le taux d’intérêt proposé aux clients est de 11,5%, remboursable sur un an également. Ce qui veut dire que pour un employé qui touche 275 000 F par mois, s’il souscrit à un crédit scolaire auprès de cette banque, le maximum du montant sollicité est plafonné à 900.000 F. Il devra par conséquent rembourser 90.000 F au cours des dix prochains mois. A la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec), Mireille G, l’une des clientes, renseigne que le taux d’intérêt qui lui a été proposé lorsqu’elle souscrivait au crédit scolaire est de 9,5%. Pour avoir obtenu 800.000 F, elle devra rembourser 85000 F tous les mois. Elle dit d’ailleurs apprécier les conditions qui lui ont été proposées, notamment en ce qui concerne la flexibilité accordée dans le remboursement. « On recourt aux crédits scolaires quand on n’a pas d’autres alternatives. Cela nous permet de gérer facilement la rentrée scolaire des enfants », admet-t-elle. A UBA, l’on renseigne que le taux d’intérêt est de 9%, pour une durée de remboursement qui s’étale sur un an. Le montant à verser aux clients est fonction de son revenu, « on ne prélève pas plus du tiers du revenu du salarié qui sollicite le crédit scolaire », précise notre source. 
Pour ceux des clients qui, faute temps, ont des difficultés à se rendre dans les agences de leurs banques, certaines institutions ont mis à contribution leurs différentes plateformes. « Nous avons mis sur pied nos plateformes. La demande de crédit scolaire peut donc se faire en ligne. Ça évite aux clients exerçant dans le secteur privé et qui ont souvent des contraintes de temps, de se ruer devant nos guichets », explique un cadre à Afriland First Bank. 
Au niveau des établissements de microfinance, les offres sont visiblement plus alléchantes. C’est le cas par exemple du Crédit Mutuel du Centre. Les crédits scolaires sont accordés à un taux de 1,5%, remboursable en 10 mois. Sont ainsi concernés, les fonctionnaires et autres salariés justifiant d’un revenu mensuel. Ici également, l’on renseigne que les montants accordés sont fonction du revenu client. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category