Association des femmes catholiques: le nouveau bureau exécutif installé

C'était dimanche le 25 juillet 2021au cours d’une messe pontificale de clôture du Congrès national qui s’est tenu à Ngaoundéré pendant trois jours.

Judith Chiatoh, présidente de l’Association des femmes catholiques a été reconduite dans ses fonctions samedi, 25 juillet dernier à Ngaoundéré avec comme première vice présidente Aurélie Assen et Kate Ayuk comme deuxième, à la trésorerie Rose Asafor. Et c’est dimanche, 25 juillet 2021 au cours d’une messe pontificale célébrée par l’archevêque du diocèse de Garoua Mgr Faustin Ambassa Ndjodo qu’accompagnaient Mgr Barthélémiy Yaouda, évêque de Yagoua et Mgr Emmanuel Abbo, évêque de Ngaoundéré que les 18 membres du nouveau bureau exécutif ont été installés. C’était en la cathédrale Notre-Dame des Apôtres de Ngaoundéré où elles ont fait le plein d’œuf pour rendre grâce à Dieu pour le bon déroulement de leurs activités constituées du bilan des trois dernières années, de la présentation du rapport financier. Dans l’allégresse et avec action de grâces, louange et adoration, elles ont été envoyées en mission dans leur région, leur diocèse et paroisse respectifs. Les travaux qui ont duré trois jours dans le diocèse de Ngaoundéré avaient pour thème : « les femmes de l’AFC appelées à la sainteté pour la sanctification et le développement holistique du monde. » Pour leur réitérer en quoi consiste leur mission, Mgr Faustin Ambassa Ndjodo a dans son prêche utilisé l’évangile de la multiplication des pains pour leur démontrer que plus on est ensemble, plus on a le souci de satisfaire tout le monde. C’est alors qu’il a invité les servantes de Dieu élues au sein de cette association à servir pour donner ce qu’on a reçu de Dieu. A sa suite, Mgr Emmanuel Abbo s’inspirant de la parabole du bon grain et de l’ivraie à inviter ces ouvrières apostoliques de vivre l’idéal de l’évangile en étant patientes et miséricordieuses les unes envers les autres. « Dans une famille, on doit se pardonner mutuellement, on ne doit pas étaler les faiblesses des autres pour les humilier. Il faut toujours se ranger du côté de Dieu en semant le bon grain au sein de votre communauté. La réalité observée sur le terrain est choquante. Certaines femmes catholiques utilisent cette association pour servir leurs intérêts », a relevé le prélat.

Pour que dans les paroles des femmes catholiques résonnent la voix de Jésus-Christ pendant les trois prochaines années, les responsables de la province ecclésiastique de Garoua que sont les évêques ont mis un point d’honneur sur la sanctification synonyme du don total de soi. Au sein de cette association, les femmes catholiques doivent bannir de la haine, des règlements de compte, de l’égoïsme, des commérages, de la jalousie entre autres afin que le flambeau allumé par la présidente fondatrice Mama Anna Foncha, de regrettée mémoire reste vif pour la proclamation de l’évangile.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category