« Les débouchés sont liés aux projets professionnels »

Gaston Wouafeu, directeur du Centre d’information et d’orientation professionnelles.

Quels débouchés s’offrent aux jeunes bacheliers selon les séries ?
Ils sont davantage liés aux projets professionnels de chacun. Car nous ne le dirons jamais assez,  l’orientation reste quelque chose d’individuel. Mais dans l’ensemble, les possibilités suivantes s’offrent aux jeunes bacheliers : la poursuite des études supérieures dans les facultés, les instituts privés d’enseignement supérieur, les grandes écoles de formation (à condition de réussir au concours) et les centres de formation professionnelle ; l’insertion dans la vie active par un emploi salarié ou en auto-emploi. Si ceux issus de l’enseignement général peuvent être confrontés à un peu plus de difficultés à s’insérer directement, les chances sont plus grandes pour ceux issus de l’enseignement technique professionnel. Ayant déjà appris un métier durant leur parcours scolaire, il ne leur reste qu’une dose de courage pour se lancer et au besoin après un perfectionnement. 
Existe-t-il une offre au supérieur pour les diplômes des séries professionnelles ? 
L’offre existe et ils n’auront que l’embarras du choix : que ce soit pour certaines facultés, grandes écoles ou instituts privés d’enseignement supérieur. Mais avant d’envisager la poursuite des études supérieures, ils doivent prendre conscience qu’ils sont des produits finis ou semi-finis pouvant dès maintenant contribuer activement au développement de notre pays. Ils doivent avoir confiance en eux, affronter le marché de l’emploi sans complexes, chercher à prendre des risques en mettant en œuvre leur génie créateur. Mieux, ils seront encadrés par certaines structures d’accompagnement, mieux ils pourront s’en sortir. 
Quels conseils pour ceux qui souhaitent poursuivre leurs études après une formation professionnelle de base ? 
S’ils ont l’embarras du choix pour les études supérieures, leur attention doit très vite être attirée sur le fait qu’ils ont déjà appris un métier et l’idéal serait de chercher à se perfectionner dans leur domaine. Ce perfectionnement ne peut être possible que dans les instituts disposant d’un plateau technique à la hauteur d’une formation de qualité. Certes, la bonne formation coûte relativement chère pour les bourses moyennes mais c’est aujourd’hui le passage obligé pour être vendable sur le marché de l’emploi. L’ère du seul diplôme a cédé sa place à l’ère des compétences intrinsèques et plurielles du chercheur d’emploi. Dans cet univers complexe, il est vivement conseillé de s’attacher des services des professionnels d’orientation dont les experts en orientation des Centres d’information et d’orientation professionnelles (CIOP) de Yaoundé, Douala,  Ngaoundéré, Maroua et Bamenda. Ces structures spécialisées du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle sont gracieusement à leur disposition tous les jours ouvrables de 8h à 16h. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category