Fonctionnaires de police décédés à Bali : l’hommage de la nation

Martin Mbarga Nguelé a présidé vendredi dernier à Yaoundé, la cérémonie d'hommage aux cinq policiers tués dans une embuscade le 18 juillet 2021.

Moment de tristesse et de consternation vendredi dernier à la Cour d'honneur de l'Ecole nationale supérieure de police de Yaoundé. La cérémonie de levée de corps de cinq fonctionnaires de police décédés le 18 juillet dernier à Bali, département de la Mezam dans la région du Nord-Ouest, lors d'une embuscade tendue par un groupe de terroristes sécessionnistes a drainé une foule immense. Familles, collègues, autorités administratives et militaires sont venus rendre un ultime hommage à ces jeunes éléments des forces de sécurité tombés service commandé dans le cadre de la mission de sécurisation du Nord-Ouest en proie aux attaques de bandes armées. Le message de condoléances du président de la République, chef des forces de police adressé aux familles des victimes a été lu pour la circonstance par le commissaire divisionnaire Essame, chef de la division juridique à la DGSN. « Un texte à la mesure du choc causé par la brusque et tragique disparition de ces valeureux policiers aux qualités professionnelles et humaines indéniables ». Le délégué général à la Sûreté nationale s'est ensuite incliné devant les cinq cercueils alignés. 
Ceux-ci, recouverts drapeau de la République ont ensuite quitté l'esplanade de l'Ecole nationale de police de Yaoundé. 
Les défunts auront eu des parcours élogieux depuis leur intégration dans le corps de la police camerounaise. Le gardien de la paix de 2e grade, Jean Chazel Amadou Mandi âgé de 30 ans a été admis au concours direct de la police en avril 2016. Le 29 juin 2017, il triomphe au centre d'instruction d'application de la police (Ciap) de Mutenguene. Il est affecté le 17 juillet 2017 aux Equipes spéciales d'interventions rapides, puis au Commandement central des groupements mobiles d'intervention à ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category