Bauxite de Minim Martap : un nouveau partenaire rejoint le bateau

Les responsables de la société australienne ont annoncé le 26 août dernier à Yaoundé avoir signé un accord de partenariat pour une assistance financière et technique.

Le 26 août dernier à Yaoundé, les responsables de Canyon Resources Limited, société mère de Camalco Sa, mobilisée sur le projet de bauxite de Minim Martap dans l’Adamaoua, annonçaient un pas de plus dans la réalisation de ce projet. Il s’agit de la signature d’un accord de partenariat stratégique le 19 août 2021 avec l’entreprise chinoise MCC-Cie, division d’ingénierie minière du géant minier mondial Metallurgical Corporation of China (MCC). C’était l’une des conditions posées par l’Etat pour la suite de ce projet. Il était demandé au partenaire australien de trouver un partenaire solide qui puisse l’accompagner dans le développement du projet. En effet, les capacités de cette structure peuvent s’étendre des études de faisabilité à celles d’ingénierie mais aussi la transformation du produit final en aluminium. 
Cet accord entre les deux parties fait par ailleurs suite à l’attribution du contrat d’étude de faisabilité bancaire pour le développement de la phase 1 du projet en décembre dernier. « MCC-Cie, en tant que partenaire stratégique, offrira l’assistance nécessaire à Canyon, pour faciliter le démarrage et le financement du projet en Chine. MCC fournira également tout le soutien nécessaire pour assister Canyon dans la résolution des problèmes techniques, commerciaux et financiers, etc. », explique-t-on. Pour Philippe Gallagher, directeur général de Canyon, « la signature de ce partenariat stratégique est une étape très positive. MCC-Cie introduira de réelles options pour le financement et l’exploitation du projet. C’est un grand avantage pour nous d’avoir un partenaire stratégique avec une vaste expérience dans la construction et l’exploitation de projets miniers en Afrique». 
Au terme de trois années de recherche qui ont révélé que le site de Minim Martap héberge près d’un milliard de tonnes de bauxite avec une teneur de 51,1% en alumine contre à peine 2% de silice, il est donc question de passer à l’exploitation. Mais avant, des préalables doivent être définis avec l’Etat. Et ceci passe par la signature d’une convention minière. «On va négocier une convention avec le gouvernement qui nous amène vers une licence d’exploitation. A partir de là, on va lancer les marchés pour commencer la construction de la mine et se lancer dans l’achat des équipements, la formation et toutes ces choses qui entourent la réalisation du projet.», a indiqué André Henry, directeur général Port Rail à Camalco. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category