Financement du développement de la Cemac : un emprunt obligataire de 100 milliards de F annoncé

L'opération initiée par la Banque de développement de l'Afrique centrale et prévue pour ce mois a pour but d'appuyer la relance économique de la sous-région.

La Banque de développement de l'Afrique centrale s'apprête à faire une nouvelle sortie sur le marché financier sous-régional. L'annonce a été faite récemment par le président Fortunato-Ofa Mbo Nchama, à travers une note publiée sur le site internet de l'institution bancaire. Cette levée de fonds de 100 milliards de F se fera au cours de ce mois de septembre, par appel public à l'épargne. Même si les conditions de cet emprunt obligataire ne sont pas encore précisées, des sources expliquent qu'il se fera à un taux d'intérêt plus attractif que le dernier (5,45% pour la période 2020-2027), question d'attirer plus d'investisseurs. 
D'après la note publiée sur le site internet de la Banque, on apprend que cette sortie a pour but de répondre à une hausse des demandes de financements exprimées à la fois par les États et les privés de la sous-région. Vu notre notoriété, nous n'avons plus le droit de ne plus répondre à ces sollicitations. C'est pour cela que nous allons continuer à mobiliser les ressources », explique Fortunato-Ofa Mbo Nchama. Plus précisément, l'ambition affichée par la Bdeac est d'appuyer la relance économique par un renforcement du secteur privé. Mais également au financement des projets intégrateurs pour lesquels la banque dit avoir déjà assuré 49% des engagements qui avaient été pris à Paris lors de la table ronde des investisseurs de la Cemac
Cette enveloppe que compte lever la Bdeac constitue la seconde phase d'un plan de financement de 300 milliards de F entamé l'année dernière. Ce plan avait d'ailleurs été approuvé par le Conseil d'administration de la Banque. En ce qui concerne la célérité avec laquelle la Banque entend conduire cette opération, le président de la Banque dit pouvoir compter sur la crédibilité de la signature dont bénéficie l'institution dont il a la charge. « Nous restons convaincus de l’excellente qualité de notre signature, des garanties et du rendement que nous offrons. Nous ne voyons donc ici aucune difficulté à concourir avec les États qui eux-mêmes nous ont donné mandat pour qu'on puisse aller sur le marché financier de l'Afrique centrale », précise Fortunato-Ofa Mbo Nchama. La Bdeac a déjà, à son actif, plusieurs opérations d’emprunts obligataires dont celui de l’année dernière à hauteur de 100 milliards de F. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category