Riposte économique contre le Covid-19 : des mesures qui portent des fruits

Dans sa lettre de recherche publiée le 31 août portant sur l’évaluation des initiatives mises en œuvre pour soutenir les économies de la zone, la BEAC fait le point.

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a publié, le 31 août, sa lettre de recherche du mois de septembre 2021. Laquelle porte, entre autres, sur l’évaluation des mesures adoptées dans le cadre de la riposte contre la pandémie du Covid-19. Prises en deux phases, ces mesures ont porté sur le relèvement du montant de liquidités à injecter sur le marché monétaire en les faisant passer de 240 à 500 milliards de F, la révision à la baisse des principaux taux d’intérêt de la BEAC. En l’occurrence, le taux d’intérêt des appels d’offres qui a été réduit de 25 points, passant ainsi de 3,50 à 3,25%. Il y a également eu ce que l’institution appelle les mesures plus directes, c’est-à-dire celles destinées à soutenir durablement la liquidité sur le marché monétaire, à travers le rachat des titres publics à hauteur de 600 milliards de F, à raison de 100 milliards de F par Etat, etc. Globalement donc, « au 31 mai 2021, toutes les mesures adoptées par le Comité de politique monétaire dans la stratégie de riposte à la crise du Covid-19 ont été mises en œuvre », souligne la Banque centrale dans sa lettre de recherche.
Plus spécifiquement, la BEAC fait savoir que malgré la crise sanitaire liée au Covid-19, l’encours des crédits accordés au secteur privé a été maintenu et a même connu une progression. Ainsi, contrairement aux 2 737 milliards de F enregistrés au début de la pandémie, cette enveloppe a augmenté pour se situer à 3 020 milliards à fin mars 2021. Une situation qui coïncide, explique la Banque centrale, avec la période de lancement des premières opérations d’injection de liquidités dont l’objectif était d’offrir au système bancaire des ressources suffisantes devant être injectées dans l’économie, à travers le secteur privé. L’autre fait induit par l’injection des liquidités par la BEAC est inhérent au soutien apporté par certaines banques aux Etats pendant la crise du Covid-19, à travers le marché des valeurs du trésor telles que les Obligations du trésor assimilables, etc. 
En ce qui concerne le rachat des titres publics effectué par la BEAC, l’on note qu’au 31 mai 2021, le volume total des titres sur le marché était estimé à 3 778,5 milliards de F dont 3 405 milliards de F détenus par les banques. La BEAC a donc pu acquérir 5,7% de ces titres. Ce, dans le but de permettre aux Etats de disposer de plus de ressources pour financer leurs économies. Aussi, entre novembre 2020 et mai 2021, le montant des titres s’est accru pour se situer à 925,3 milliards de F. La Banque centrale informe à cet effet qu’elle aurait contribué à hauteur de 23,3% à l’accroissement de ces ressources qui ont aussitôt été mobilisées par les Etats membres de la CEMAC. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category