Festival du premier film Yarha : préparatifs sur les rails

La promotrice du festival, Sylvie Nwet a été reçue en audience mardi dernier par le ministre des Arts et de la Culture pour présenter les grandes lignes de cette 8e édition.

La 8e édition du Festival international du premier film Yarha se veut novatrice. Ceci avec notamment au menu, la participation de jeunes issus des dix régions du Cameroun. La promotrice de Yarha, Sylvie     Nwet, cherche des partenaires pour l’accompagner dans la réussite de l’évènement. C’est dans cette optique qu’elle a été reçue en audience le 14 septembre dernier au ministère des Arts et de la Culture. La rencontre a réuni l’hôte du jour avec le ministre Bidoung Mkpatt ainsi que ses proches collaborateurs. Dans un climat d’échanges, Sylvie Nwet a présenté les contours, enjeux et défis de cette édition prévue du 31 octobre au 7 novembre 2021 sous le thème : « Le cinéma face au numérique… Le cinéma de demain ». L’enjeu principal ici est de booster l’expertise du festival, tout en le hissant au niveau international. 
Des explications suivies avec une oreille attentive par le Minac qui n’a pas manqué de saluer le projet qu’il qualifie de noble. « Surtout lorsqu’il est porté par une femme », a-t-il dit. Bidoung Mkpatt a promis de relever le défi. Concernant le côté encadrement des jeunes qui seront déplacés des régions, le Minac a engagé des équipes afin de leur assurer un meilleur cadre d’accueil. Pour ce qui est du programme d’activité, il est à noter que la sélection officielle de la 8e édition de Yarha sera dévoilée d’ici la fin de la semaine. Plus de 200 films sont en compétition et seuls 50 seront choisis, dont 10 en sélection officielle et en compétition, en plus des catégories « Hors compétitions », « Focus pays », « Pays hôte ». Par ailleurs, plusieurs autres activités annexes, notamment « Matin petit déjeuner » tous les jours, trois heures de « Masters Class », entre autres, sont également au programme.
L’association qui existe depuis huit ans déjà a jusque-là cheminé seule. Le Festival international du premier film prend de l’ampleur, et souhaite vendre son image à l’extérieur. « J’ai fait appel aux dix régions pour que nous puissions mutualiser nos acquis. Et en plus de cela, c’est une rencontre cinématographique qui va regrouper des professionnels à l’échelle internationale. Ils peuvent détecter un talent qui est là qui n’aurait jamais pu être détecté s’il était resté dans son coin. Pour finir, nous dirons qu’appeler les jeunes des dix régions est un pas vers le vivre-ensemble », a expliqué Sylvie Nwet. Le train de la 8e édition des Yarha est en marche.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category