Ecole supérieure internationale de guerre : l’année académique sur les rails

Le général de division, commandant des Ecoles et centres d’instructions interarmes, Philippe Mpay, a présidé la rentrée officielle le 16 septembre dernier au campus de Simbock.

Le 16 septembre dernier, était jour de rentrée solennelle à l’Ecole supérieure internationale de guerre (ESIG). Les 57 officiers stagiaires de 20 nationalités différentes, constituant la 17e promotion de cet établissement ont ainsi entamé une formation de onze mois. Le commandant des Ecoles et centres d’instruction interarmées, le général de division Philippe Mpay, a présidé la cérémonie de lancement de ce stage. Pour la circonstance, il était accompagné du général de division Hector Marie Tchemo, major général à l’état-major des armées, de nombreux officiers supérieurs, ainsi que des enseignants du Centre de recherche des Etudes politiques et stratégiques (CREPS) de l’Université de Yaoundé II-Soa.
Les lauréats de cette cuvée seront formés à l’exercice du commandement. Lequel exige des aptitudes liées à la conception, la planification et la conduite des opérations interarmées, interalliées internationales, correspondant aux menaces globales. Dans ce sens, les stagiaires seront outillés en stratégies de guerre. Ils devront être à même de piloter des états-majors nationaux et internationaux, et de proposer des choix éclairés à leurs chefs. Cette partie qui se rapporte aux enseignements opérationnels incombera à l’ESIG. Les officiers stagiaires recevront également des connaissances sur les enjeux de défense du monde actuel. Ce qui exige une meilleure appréhension de l’Afrique dans ses relations avec les autres continents. Les enseignements y relatifs, divisés en quatre thématiques, seront assumés par le CREPS, une école partenaire. Les différents séminaires ont été présentés par le Pr. Joseph Vincent Ntruda Ebodé, directeur dudit Centre.
Au terme de cette formation, les stagiaires seront titulaires d’un Brevet de l’enseignement militaire supérieur de second degré (BEMS2), et un Master 2 en Stratégie, défense, sécurité, gestion des conflits et catastrophes, délivré par l’Université de Yaoundé II-Soa, pour ceux qui auront été sélectionnés. Pour être à la hauteur des espoirs de leurs pays respectifs, le commandant de l’ESIG, a invité les stagiaires à être les « acteurs permanents de leur réussite, par le biais d’un travail dense et permanent ». Il a par ailleurs exhorté le corps enseignant à rester accroché aux vertus cardinales articulées autour de la franche collaboration, l’assiduité et l’anticipation sur les objectifs à atteindre.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category