Missions de maintien de la paix : des cadres d’administrations formés

La deuxième partie de la série de séminaires organisés par le ministère des Relations extérieures s’est achevée samedi dernier.

400 cadres d’administrations recensés par un Comité interministériel ont bouclé samedi 23 septembre dernier, deux sessions de séminaires nationaux dédiés au maintien de la paix. Lancées le 9 septembre et organisées par le ministère des Relations extérieures (Minrex), ces formations préparent au recrutement au sein de la fonction publique internationale, et précisément dans les missions de maintien de la paix des Nations unies et autres organismes internationaux. Emmanuel Miss, l’un des formateurs, précise que les appelés doivent connaître les attentes qui sont les leurs, ainsi que l’environnement dans lequel ils vont se déployer.
Issus d’administrations diverses, les séminaristes ont ainsi eu l’occasion de renforcer leurs connaissances du système onusien. Telles étaient d’ailleurs les attentes formulées à l’entame par des participants. Ces derniers pouvaient compter, pour cela, sur l’expérience avérée des formateurs. Lesquels étaient universitaires, diplomates chevronnés, et hauts gradés des forces de défense et de sécurité. Ils les ont entretenus sur les fondements juridiques des missions de soutien à la paix, de la manière d’y servir, les intérêts et les contraintes de ces missions, qu’elles soient coordonnées par l’ONU, la CEEAC ou l’UA, les différentes interviews, la mise en situation, la préparation d’un CV (selon l’organisme pour lequel on postule), etc. 
L’on avait dans les effectifs des participants, des diplomates et d’autres personnels du ministère des Relations extérieures. Des éléments des forces de défense et de sécurité venus du ministère de la Défense, ainsi que des magistrats et des personnels et de l’administration pénitentiaire envoyés par le ministère de la Justice ont aussi participé à ces travaux. Au terme de ces assises, tous ont reçu des parchemins. 
Ces séminaires nationaux avaient été instruits par le président de la République, Paul Biya. Dès l’année prochaine, « ils changeront de configuration. Aussi, cesseront-ils d’être exclusifs pour s’ouvrir au grand public. Même leur dénomination changera aussi. Ils seront désormais des programmes nationaux. L’accord ayant été donné par la présidence de la République », a relevé un responsable du Minrex.  Cette extension se fonde sur le fait que le Cameroun veut accroître sa visibilité diplomatique et affirmer son leadership sous-régional.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category