S.M. Ibrahim Mbombo Njoya : la Nation reconnaissante

Au nom du chef de l’Etat, le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, a élevé l’illustre disparu à la dignité de Grand cordon du mérite camerounais à titre posthume, lors des obsèques officielles samedi dernier à Foumban.

Sous un ciel et un soleil radieux, il est 13h33 samedi dernier lorsque le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, représentant personnel du chef de l’Etat Paul Biya à ces obsèques, se lève et se dirige vers la chapelle mortuaire du défunt monarque où il déclare : « Sénateur Ibrahim Mbombo Njoya, sultan-roi des Bamoun, au nom du président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous élevons à la dignité de Grand cordon du mérite camerounais à titre posthume ». La remise de la décoration à laquelle il procède, se fait sous les honneurs militaires, le drapeau de la République et sa garde ayant pris place. Cet acte majeur qui précède l’exécution de l’hymne national ayant clôturé à 13h37 cette cérémonie d’hommage grandiose, a suivi un autre temps fort marqué par la lecture, par le gouverneur de la région de l’Ouest, Awa Fonka Augustine, du message de condoléances du président de la République destiné à la famille du défunt. Dans le texte signé le 29 septembre 2021, Paul Biya affirme qu’il a personnellement connu Ibrahim Mbombo Njoya qui était un proche depuis de longues années. Issu d’une illustre lignée, ajoute-t-il, il aura assumé de hautes et nombreuses fonctions diplomatiques et ministérielles. Leader multidimensionnel                                                                                                              
Les dix prises de parole de divers intervenants sur l’estrade avant cette phase de la cérémonie sont un autre témoignage à l’illustre disparu de la reconnaissance du peuple camerounais pour les qualités exceptionnelles du leader multidimensionnel qu’il a été. Le vice-président du Sénat, chief Tabe Tando, au nom du président de la chambre haute du Parlement et de l’ensemble des sénateurs, a souligné l’attachement d’Ibrahim Mbombo Njoya à la paix, à l’unité et à l’indivisibilité du Cameroun. Jean Nkueté, le secrétaire général du Comité central du RDPC, à la tête d’une forte délégation, a témoigné de la consolidation, à partir d’un épisode décisif de l’histoire du Renouveau, d’une relation singulière entre le président Paul Biya et le sultan-roi, caractérisée par la loyauté et la fidélité sans faille du sultan envers le président, et la confiance totale du président envers le sultan.                                                            

Pour sa part, le représentant de l’Unesco, au nom de la directrice générale de cette institution des Nations unies, a relevé l’engagement du sultan en faveur du dialogue social, de l’art, de la promotion de la jeunesse ainsi que de la communication au Cameroun. Sous son règne, l’Unesco, a-t-il ajouté, a accompagné le Cameroun dans la préparation du dossier de candidature du Nguon en vue d’une inscription sur la liste représentative du patrimoine immatériel de l’humanité. Dans le message délivré au nom du président du Comité national olympique et sportif du Cameroun, le public a appris que le défunt avait mis du sien pour permettre au Cameroun d’abriter pour la toute première fois la CAN de football en 1972, avec en prime, la construction du Stade omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé et le Stade de la Réunification à Douala. Njoya Zakariaou, élite, a exprimé, au nom des filles et fils du Noun, la gratitude des populations pour la très haute décision du chef de l’Etat d’organiser des obsèques officielles en la mémoire de leur roi. L’ambassadeur du Cameroun en Algérie, a rappelé le riche héritage que laisse Ibrahim Mbombo Njoya tandis que l’un des fils, la voix nouée par l’émotion, a laissé s’exprimer la grande douleur des orphelins. Le premier adjoint du sultan-roi tout comme le porte-parole du Conseil des « koms » du royaume Bamoun, notables intronisateurs, ont insisté sur l’empathie et la constante attention du chef de l’Etat depuis la maladie du sultan jusqu’à son décès.                                                                                              
La cérémonie avait commencé peu après 11h, lorsque, après l’arrivée du PM sur le site et l’exécution de l’hymne national, il a posé la gerbe de fleurs du couple présidentiel à côté de la chapelle ardente. Juste avant le rituel de la procession des « koms » qui a ouvert la voie aux discours. Avant les hommages officiels, Joseph Dion Ngute est allé plus tôt s’incliner, à 9h26, devant le cercueil du sultan qui se trouvait sur la Cour d’apparat du sultanat.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category