Fespaco 2021 : pleins feux sur Ouaga

La 27e édition de ce rendez-vous du cinéma panafricain s’est lancée samedi avec une cérémonie d’ouverture en présence du président de la République du Burkina Faso.

Le samedi 16 octobre 2021 est désormais une date historique pour le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco). Depuis sa création en 1969, cette grand-messe du cinéma africain n’a jamais décalé son calendrier calé au mois de février. Avec le Covid-19, les plans ont changé et le Fespaco, comme des centaines de manifestations culturelles à travers le monde, a dû se plier à la dure loi de cette crise sanitaire. Alors samedi dernier, une saveur particulière a recouvert la cérémonie d’ouverture de cette 27e édition tenue en présence du président de la République du Burkina Faso, président du Conseil des ministres, Roch Marc Christian Kabore, ainsi que de nombreux invités, notamment la délégation de 200 personnes venues du Sénégal, pays à l’honneur de ce Fespaco 2021, sans compter les délégations en provenance de la Côte d’Ivoire, du Gabon, du Mali, du Tchad, entre autres. Le clap exécuté par le chef de l’Etat burkinabè au palais des sports de Ouaga 2000 veut retentir avec force jusqu’au 23 octobre prochain.
Cette programmation bousculée du Fespaco a permis à son comité national d’organisation de mesurer sa capacité de résilience pour faire vivre à tout un continent la passion du cinéma, comme l’a souligné Salifou Keita, président dudit Comité, au cours de son allocution. Une bataille pour préserver ce patrimoine panafricain. « Le Fespaco est un miroir puissant du combat pour l'indépendance de l’Afrique », a déclaré Abdoulaye Diop, ministre sénégalais de la Culture et de la Communication. Son homologue burkinabè, Dr Elise Foniyama Ilboudo Thiombiano, a appuyé cette pensée, après avoir brossé les obstacles franchis durant l’année de préparation, en 2020. Car en plus de la crise sanitaire due au Covid-19, « notre pays est en proie à une crise sécuritaire sans précédent. Mais nous ne baisserons pas les bras. Les salles de cinéma étaient fermées, les productions arrêtées. Seule la grande capacité de résistance des artistes nous a permis de faire face et de survivre au confinement », a rappelé la ministre de la Culture du Burkina Faso. 
Cette année a, contre toute attente, connu une participation record des cinéastes à travers le continent. 1132 films ont ainsi été inscrits, pour 239 retenus, « signe d’une vitalité cinématographique sur le continent qui donne de l’espoir. Ainsi, la flamme allumée en 1969 doit rester allumée et continuer de briller », a lancé Elise Foniyama Ilboudo Thiombiano. La thématique choisie pour cette 52e année d’existence du Fespaco, « Cinémas d’Afrique et de la diaspora : nouveaux regards, nouveaux défis », se prête bien à l’orientation que le pays des Etalons veut donner à cet événement. Cette 27e édition, associée au Marché international du cinéma africain et de la télévision (MICA), se veut un faisceau de compétences et de convergences pour magnifier la qualité et l’évolution technologique d’un 7e art africain en pleine mutation.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category