Conditions de travail : en quête d’amélioration

Le nouveau dispositif d’action a été soumis hier à Yaoundé, à l’appréciation des membres de la Commission nationale de santé et de sécurité au travail.

Un document stratégique portant sur le projet de Politique nationale de santé et de sécurité au travail (Pnsst) et celui fixant les mesures générales d’hygiène et de sécurité sur les lieux de travail. Dispositif d’action soumis hier à l’appréciation des membres de la Commission nationale de sécurité au travail (Cnsst), réunis à l’occasion de la 8e session de cette instance. Pour le président de la commission, Grégoire Owona, ministre du Travail et de la Sécurité sociale, la question de santé et de la sécurité au travail interpelle à plus d’un titre. C’est pourquoi, face à la complexité et à la diversité des problèmes liées à cette question ainsi que leur impact sur la productivité des travailleurs et les performances économiques, « le gouvernement s’est engagé depuis plusieurs années à travers le dialogue social, à élaborer, exécuter et réexaminer périodiquement avec ses partenaires sociaux, la politique nationale en matière de santé des travailleurs, de sécurité et d’hygiène du milieu du travail », a rappelé le président de la commission.
C’est dans ce sens que les deux documents sus-évoqués ont été réévalués. En ce qui concerne le premier, le président de la commission a indiqué que la promotion de la santé et de la sécurité au travail a toujours été engagée sous forme d’activités éparses non coordonnées ni harmonisées. L’existence du présent document « permettra aux différents acteurs d’avoir un dispositif de référence sur lequel viendront s’appuyer toutes les actions envisagées ou menées en la matière dans notre pays ». L’enjeu majeur ici, étant la préservation du capital humain par son maintien en bonne santé physique et morale tout au long de la vie professionnelle.
Le deuxième document soumis à l’examen des membres de la commission est un projet d’arrêté modifiant et complétant certaines dispositions de l’arrêté 039/MTPS/IMTL du 26 novembre 1984. Pour le ministre, le texte date de 37 ans. Il est donc question de l’actualiser en vue de l’adapter au contexte actuel. « Depuis la fin 2019, le monde fait face à une crise sanitaire du fait de la pandémie du Covid-19, qui impacte significativement le monde du travail. C’est ainsi que pour apporter une réponse pérenne à ladite crise, il est apparu nécessaire de replacer ces acteurs au cœur de l’action de riposte en milieu professionnel », a ajouté Grégoire Owona. Bien plus, toujours dans l’optique de veiller à ce que les facteurs de risques dans le milieu du travail soient mieux maîtrisés, il a été présenté à l’assistance, une liste harmonisée des maladies professionnelles, ainsi que le barème de référence d’indemnisation des séquelles des accidents du travail et des maladies professionnelles. Lesquels ont été adoptés par la conférence des ministres des Etats-membres de la Conférence internationale de la sécurité sociale (Cipres), pour être appliqués au sein desdits Etats.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category