Un réajustement nécessaire

 Donner une nouvelle impulsion à la coopération bilatérale. Telle est la vocation de la nouvelle tournée africaine du président turc, Recep Tayyip Erdogan, effectuée du 17 au 20 octobre 2021 en Angola, au Togo et au Nigeria.
La Turquie se réjouit de cette coopération puisque sa balance commerciale avec l’Afrique est largement excédentaire. Depuis 2003, le volume des échanges entre la Turquie et l’Afrique est passé de 5 à 25 milliards de dollars. Les investissements turcs dans le continent ont aussi explosé. Presqu’inexistants, il y a une dizaine d’années, ces investissements s’élèvent actuellement à 6,5 milliards de dollars. La Turkish Airlines, la compagnie de navigation aérienne turque, accompagne cette dynamique car elle dessert désormais 60 villes africaines avec l’ouverture de la ligne de Luanda, la capitale angolaise. Trois pays africains achètent également des drones turcs. Qui plus est, la Turquie souhaite doubler le volume de ses échanges avec le continent africain pour rééquilibrer son commerce orienté vers l’Europe. 
  Il reste cependant pas que l’Afrique ne va toujours se contenter d’accompagner les programmes des continents et des Etats plus compétitifs. Avec les 40 % des réserves mondiales de l’or, 60 % des gisements du cobalt, 90% des réserves du platine et un Produit intérieur brut(PIB) de 7000 milliards de dollars par an, le continent noir jouit d’un potentiel extraordinaire pour se permettre de jouer le rôle secondaire d’accompagnateur. Lui qui couvre aussi 6% de la surface terrestre et 20 % des terres immergées. C’est à dessein que l’agenda 2063 de l’Union africaine engage les Etats membres à œuvrer pour des économies structurellement transformées, une agriculture moderne, une production accrue, une croissance économique accélérée, un continent entièrement capable de financer son développement. Lequel agit comme un partenaire fort, uni et influent sur la scène mondiale.
Les objectifs de l’agenda 2063 sont censés servir de boussole aux Etats africains qui se retrouvent jeudi et vendredi prochains à Istanbul en Turquie dans le cadre du troisième forum des affaires Turquie-Afrique. Mais aussi à la fin de l’année à l’occasion du sommet Turquie-Afrique. De sorte que le continent puisse réajuster ses rapports avec la Turquie et les autres partenaires au bénéfice de sa propre croissance économique. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Cruelle lâcheté
There’s Much To Gain!
Pas une si bonne idée