Opportunités d’affaires : le Brésil se positionne

Une mission d’investisseurs de ce pays en séjour au Cameroun, a entamé hier des discussions avec des chefs d’entreprises publiques.

C’est par des rencontres économiques que la délégation brésilienne en séjour au Cameroun, pour une mission économique et commerciale, a achevé sa journée de travail hier lundi 25 octobre 2021. Cette visite, initiative de l’ambassade du Cameroun au Brésil et la Chambre de commerce Brésil-Cameroun en collaboration avec l’ambassade du Brésil au Cameroun, va s’étendre jusqu’au 31 octobre prochain. C’est d’ailleurs Paulin Martial Tchenzette, Premier conseiller à l’ambassade du Cameroun au Brésil, qui conduit cette délégation. L’ambassadeur du Brésil au Cameroun, Vivian Loss Sanmartin était également présente. 
Au cours de ces rencontres économiques, les entreprises brésiliennes en prospection ont présenté leurs atouts. Elles se recrutent dans plusieurs domaines, notamment l’innovation technologique, les mines, l’énergie solaire, l’agro-alimentaire, l’agriculture. Thomas Tchueffa, président de la Chambre de commerce Brésil-Cameroun a indiqué pour le regretter la timide présence brésilienne au Cameroun. Et pourtant, « le Brésil dispose des technologies qui pourraient booster l’agriculture et l’économie locales. Le Cameroun quant à lui dispose de produits dont le Brésil a besoin pour son industrie. Cette mission est une opportunité pour les Brésiliens de découvrir de nouveaux marchés et se faire de nouveaux partenaires ». En tout cas, la Chambre de commerce va travailler davantage à inclure le Brésil dans la stratégie de développement du Cameroun. C’est donc à une relation plus dynamique qu’il faudra désormais s’attendre. L’un des secteurs qui pourrait déjà en bénéficier c’est l’agriculture et ton a été donné hier matin. En effet, le sujet était au cœur des discussions avec le Centre national d’études et d’expérimentation du machinisme agricole (Ceneema) où la délégation brésilienne a entamé sa visiste. Andrée Caroline Mebande Bate, directeur général a vu en cette visite une opportunité pour mieux faire avancer le chantier de mécanisation agricole au Cameroun. « En dépit de son potentiel très varié, l’agriculture camerounaise reste très peu mécanisée et la demande en mécanisation reste également très timide », a souligné la Dg en expliquant que cette situation est due au élevé des équipements agricoles par rapport au pouvoir d’achat des producteurs et à la taille de leurs exploitations mais aussi par le secteur privé qui reste peu présent. 
Elle en a donc profité pour présenter le plan de développement du Ceneema à l’horizon 2025. Une boussole pour son positionnement comme référence dans le développement de la mécanisation de l’agriculture. Un message qui n’est pas tombé dans des oreilles de sourds, puisque la mission se dit intéressé par tous ces chantiers. Comme cet investisseur qui s’est dit particulièrement intéressé par le volet des semences mais aussi des oignons. La délégation brésilienne poursuit ses rencontres ce jour avant d’aller dans la capitale économique à partir du 27 octobre. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category