Milieu universitaire : comment renforcer la solidarité

Le sujet était au centre d’une journée virtuelle hier à Yaoundé avec pour objectif d’améliorer les conditions de vie des couches vulnérables.

Le constat du Pr. Joseph Lebel Tamesse, directeur de la Division de la promotion du dialogue et de la solidarité universitaire au ministère de l’Enseignement supérieur (Minesup) est sans appel. La précarité et l’absence de solidarité ont fait leur lit dans les institutions universitaires. Et cette précarité sociale ou financière touche particulièrement les jeunes et les femmes. Afin d’apporter des solutions pérennes pour améliorer les conditions de vie de ces couches vulnérables dans les universités d’Etat, le Minesup a organisé une Journée virtuelle de la solidarité universitaire hier à Yaoundé. « Pour sortir de cet état dérisoire, il est nécessaire pour ces jeunes et femmes évoluant dans la précarité de se constituer en mutuelle afin de vivre une solidarité et une entraide solide et durable », a indiqué le Pr. Wilfred Gabsa au nom du ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur. La mutuelle étant considérée comme une association volontaire des personnes, à but non lucratif et social organisant la solidarité entre ses membres et dont les fonds proviennent principalement de leurs cotisations. D’après le Pr. Joseph Lebel Tamesse, « il est apparu que lorsque un jeune passe son baccalauréat à 16 ans, il se retrouve dans une université où il a besoin d’être encadré et les lieux d’encadrement se trouvent être essentiellement les mutuelles. La promotion des mutuelles fait partie des objectifs prioritaires que le ministre d’Etat attend de notre structure ».
Cette journée virtuelle placée sous le thème : « Précarité et solidarité...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category