Décentralisation, vivre ensemble, bien-être des populations : le Renouveau tient ses engagements

Ce 6 novembre, le Renouveau commémore  ses 39 ans à la tête du Cameroun.  Dès son accession à la magistrature suprême en 1982, au lendemain de la démission du premier président du Cameroun, Ahmadou Ahidjo, Paul Biya place sa gouvernance sous le signe du Renouveau national  qu’il décline en quatre idéaux  qui en seront les lignes directrices de son action à la tête de l’Etat : rigueur, moralisation, libéralisation et démocratisation. Une nouvelle page de l’histoire du Cameroun s’ouvre. Comme l’année dernière, la commémoration du 39e anniversaire du Renouveau intervient dans un contexte de crise sanitaire marquée par la pandémie du coronavirus et qui a pratiquement mis en berne les efforts de croissance économique et de développement engagés par le gouvernement. Il serait fastidieux, voire laborieux de passer en revue le chemin parcouru en 39 ans de haut magistère. Les faits et les chiffres parlent pour le Renouveau. Les nombreuses réalisations dans divers domaines sont visibles et palpables. Cet anniversaire permet également de s’attarder sur les nombreux chantiers qui tiennent à cœur le chef de l’Etat. Le thème de célébration choisi par le Rdpc, le parti fondé par Paul Biya en dit long sur la mission qu’il s’est assignée pour le Cameroun : « Toutes et tous unis et rassemblés derrière le président Paul Biya pour le rayonnement diplomatique, culturel et sportif d’un Cameroun un et indivisible, décentralisé et émergent, qui garantit le vivre-ensemble, la paix sociale, l’intégrité territoriale, la consolidation de l’unité nationale et le développement accéléré de notre pays ».  A travers cette réflexion, on peut aisément appréhender le contexte dans lequel intervient cette commémoration.
 L’an 39 du Renouveau coïncide  avec l’an trois du mandat des « Grandes Opportunités » et surtout avec  l’année de déploiement des conseils régionaux. Inscrite dans la loi fondamentale, la décentralisation a amorcé sa phase de finalisation depuis le 6 décembre 2020 avec la tenue des élections régionales marquant ainsi l’achèvement de ce processus engagé depuis 1996. Après la mise en place des conseils et exécutifs régionaux, il est question cette année de voir ces collectivités territoriales décentralisées se déployer véritablement afin d’impulser le développement à la base. Le lancement et la finalisation des plans de développement régionaux vont constituer la boussole et le catalyseur des actions de ces institutions locales. Pour le président de la République, la décentralisation est une option irréversible.
Cette célébration se déroule par ailleurs dans un contexte où le gouvernement  multiplie les efforts pour ramener la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en proie à une crise sociopolitique orchestrée par des bandes armées nourrissant un projet de partition du Cameroun. Tout en laissant la porte ouverte au dialogue, le chef de l’Etat reste attaché à son devoir constitutionnel, celui de la protection de l’intégrité territoriale du Cameroun. Après la tenue en 2019 du Grand Dialogue national qui a débouché sur d’importantes recommandations, de nombreuses initiatives allant dans le sens de la résolution de cette crise ont été enregistrées, notamment l’adoption et la promulgation en décembre 2019 des deux importantes lois,  ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category