Journées de l’urbanisme de Douala : chasse à l’illégalité foncière

La première édition de ces rencontres destinées à améliorer l’aménagement de la ville s’est ouverte officiellement hier.

Citoyen, saviez-vous qu’avant de détruire une construction qui vous appartient dans la ville, vous avez besoin d’un permis de démolir délivré par la Communauté urbaine de Douala (Cud) et qu’une sanction financière est prévue si vous ne vous conformez pas ? Pour ceux qui l’ignoraient encore, ils ont pu le découvrir ce 23 novembre 2021 à l’occasion du lancement officiel des premières Journées de l’urbanisme de Douala (Jud) organisées par la Cud jusqu’à vendredi 26 à la Salle des fêtes d’Akwa. C’était lors de la présentation de Patrice Kounda Kounda, délégué départemental de l’Habitat et du Développement urbain pour le Wouri, qui a notamment évoqué le permis de démolir parmi les six actes d’urbanisme identifiés par la loi n°2004/003 du 21 avril 2004 régissant l’urbanisme au Cameroun.
Cet exposé et plusieurs autres prévus, ainsi que des ateliers, des rencontres B2B ou encore les stands des différents acteurs de l’urbanisme, résument les objectifs de cette première édition des Jud : créer un cadre de concertation et d’échanges entre la Cud et les administrations publiques concernées, les ordres professionnels, les sociétés d’aménagement, les promoteurs immobiliers, les chefs traditionnels, les propriétaires terriens, afin que les questions d’urbanisme et de construction soient une affaire de tous. De manière à créer une synergie et une harmonisation des procédures. Autre objectif, le plus important, que les populations puissent avoir les bonnes informations pour respecter la réglementation et les codes de vie en ville. C’est d’ailleurs dans ce sens que se déploie le thème de l’évènement : « Douala, ville planifiée et réglementée, gage d’un habitat agréable pour tous ».
Un thème rappelé par le maire de la ville de Douala, le Dr Roger Mbassa Ndine, qui a profité de la tribune pour faire l’état des lieux de la cité économique en matière d’urbanisme : « Les immeubles continuent de s’effondrer à Douala, les constructions anarchiques émergent dans tous les quartiers, les habitations précaires prennent de l’ampleur, les inondations surviennent encore dans certains quartiers malgré les moyens financiers colossaux que la ville a récemment investis dans le drainage des eaux pluviales, les litiges fonciers occupent la tête de file dans les tribunaux de notre ville, la multiplicité des acteurs et intervenants dans le domaine de l’urbanisme au mépris de la loi, etc. »
L’édile a donc invité la population à toujours se rapprocher des services du Guichet unique de facilitation des actes d’urbanisme avant toute transaction foncière, pour solliciter des certificats d’urbanisme et ainsi, éviter d’acquérir des parcelles de terrain impropres à la construction. Ce qui ouvre la voie à l’illégalité et à la précarité.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category