Régions en crise : le pari de la reconstruction

Les plans mis en place à l’initiative du président de la République en vue d’assurer le redécollage de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest doivent également concourir à la restauration de la paix entre les composantes sociales. Etat des lieux.

« La vie reprend progressivement dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest ». Constat de la 3e session du Comité de pilotage du Plan présidentiel de reconstruction et de développement des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (PPRD-NO/SO), qui se tenait le 16 septembre 2021 dans les Services du Premier ministre à Yaoundé. Pour arriver à ce résultat, que d’obstacles franchis, que de peurs surmontées. Pour cela, les responsables en charge de la mise en œuvre de cette initiative du président de la République qui a pour ambition d’œuvrer à la reconstruction et à la relance du tissu économique des deux régions durement touchées par la crise sociopolitique qui a commencé en 2016, ont parfois dû faire preuve d’ingéniosité pour redonner confiance aux populations locales : organisation de championnats de vacances ; activités ludiques et récréatives en faveur des jeunes ; l’appui aux radios communautaires pour la diffusion de messages en « pidgin english ; la mise en place de 65 « Insider Mediators » ; la mise en place d’un réseau d’influenceurs pour la paix sur les réseaux sociaux ; l’organisation d’ateliers de concertation et la réhabilitation de centres polyvalents au profit des femmes ont figuré au rang des activités organisées par l’équipe pilotée sur le terrain par le ministre Paul Tasong. Des activités de divertissement qui allaient de pair avec le déploiement sur le terrain pour la relance de l’économie dans des régions dont l’importance sur ce plan a été fort bien rappelé par les responsables du Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam), le 18 mai 2021, alors que le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, se trouvait au siège de cette organisation patronale pour une rencontre d’échanges sur ce Plan. Il convient dès lors de rappeler que dans son élaboration, les plans présidentiels de reconstruction ont trois missions principales : la restauration de la cohésion sociale, la reconstruction et la réhabilitation des infrastructures de base et la redynamisation de l’économie locale.
Avec leur mise en œuvre, le président de la République a compris que la recherche de solutions pour un retour à la paix dans les régions concernées s’accompagne de la remise en état du tissu économique des trois régions reconnues à fort potentiel. Les plans présidentiels de reconstruction et de développement, que ce soit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, que de l’Extrême-Nord, offrent des opportunités aux différentes couches sociales d’intégrer à nouveau la société. La réhabilitation et la reconstruction des écoles, détruites dans le cadre des crises que vivent ces régions permettent ainsi aux jeunes de renouer avec cet environnement et être à l’abri de la tentation que constitue le discours des extrémistes. Les propositions de réinsertion, à travers le volet économique de cette initiative présidentielle, sont également un moyen de stabilisation des jeunes et des femmes dans leur zone de vie. Le prétexte de l’oisiveté ayant été longtemps excipé pour « justifier » l’enrôlement des jeunes de la région de l’Extrême-Nord par la secte terroriste Boko Haram, et ceux du Nord-Ouest et du Sud-Ouest par les extrémistes qu’on y trouve, a pu trouver une réponse à travers, non seulement le plan de reconstruction de cette région, mais avec d’autres initiatives présidentielles, à l’instar de la mise sur pied du Centre national de désarmement, de démobilisation et de réintégration avec ses centres régionaux qui, non seulement accueillent les jeunes repentis, mais leur offrent également une possibilité de réinsertion avec l’apprentissage d’un métier. Les sommes investies par les pouvoirs publics, avec l’appui des partenaires internationaux, dans le lancement de ces Plans présidentiels, soit environ 154 milliards de F (sur deux ans) pour ce qui est de la phase de relèvement dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Les deux autres phases, reconstruction et développement devrait plafonner à 2 500 milliards de F. Pour ce qui est de l’Extrême-Nord, les prévisions se situent à environ 1 810 milliards de F. Tout ceci témoigne à suffisance de l’intérêt pour le président de la République de les voir jouer un rôle important dans le retour définitif à la normale.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category