Police soudanaise : les patrons limogés

Le Premier ministre, Abdallah Hamdok leur reproche au directeur général et à son adjoint la répression sanglante ayant coûté la vie à 42 personnes après le coup d’Etat du 25 octobre dernier.

De retour à son poste le 21 novembre dernier après un accord politique signé avec le général Abdel Fattah al-Burhane, le Premier ministre soudanais, Abdallah Hamdok a limogé samedi le directeur général de la police et son adjoint. Le lieutenant-général Khaled Mahdi Ibrahim Al-Emam, et son adjoint, Ali Ibrahim paient ainsi la mort de 42 civils et des centaines de blessés parmi les opposants au coup d’Etat militaire qui l’a renversé le 25 octobre dernier. Les deux hommes ont été remplacés par le lieutenant-général Anan Hamed Mohammed Omar et le général de division Muddathir Abd al-Rahman Nasr al-Din, respectivement nouveau chef et chef adjoint de la police. Le miraculé Premier ministre a également procédé à la libération de plusieurs figures de la scène politique soudanaise, notamment des membres du gouvernement limogés lors du coup d’Etat. Même si des dizaines d’autres personnalités sont toujours détenues dans des lieux restés jusqu’ici secrets.
Mais, ces gestes d’Abdallah Hamdok sont loin de calmer la tempête. L’opposition et la société civile soudanaises l’accusent de « trahison » d’autant plus qu’elles voient en l’accord politique passé avec l’armée un simple jeu de dupes. Le limogeage des deux dirigeants de la police et la libération partielle des prisonniers politiques restent pour eux une mesure « insuffisante » d’autant plus que la répression des manifestants opposés putsch du 25 octob...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category