Stratégie nationale de Développement: On compte sur la microfinance

Un appel lancé aux acteurs de ce secteur hier à Yaoundé, à l’ouverture de la semaine à eux dédiée.

Pour la célébration de la première Semaine nationale de la microfinance, le ministère des Finances (Minfi) et l’Association nationale des établissements de microfinance au Cameroun (Anemcam), ont choisi de réfléchir sur l’apport de ce secteur dans la mise en œuvre de la Stratégie nationale de développement (SND30). A l’ouverture de cet évènement hier à Yaoundé, le ministre délégué auprès du ministre des Finances, Yaouba Abdoulaye a révélé le thème de ces assises dont l’un des objectifs est l’apport de la microfinance à l’économie. « Réformes règlementaires, innovations financières pour un secteur de la microfinance inclusif et propice à l’atteinte des objectifs de la SND 2020-2030 ».

C’est que, dans le cadre de la mise en œuvre de la SND30, notamment le pilier relatif à la transformation structurelle de l’économie camerounaise, l’Etat fonde un réel espoir sur le secteur de la microfinance. A ce titre, il est question de faire passer le nombre d’établissements de microfinance (EMF) de 415 en 2021 à 750 à l'horizon 2030, avec comme leitmotiv, le renforcement de l'inclusion financière, a fait savoir Yaouba Abdoulaye. Il est aussi question du financement de l’économie à travers les grands chantiers en cours et à venir. Dans cette perspective, il est attendu des EMF, qu’ils améliorent l’offre du crédit à l'économie. Mais aussi, qu’ils relèvent le taux de bancarisation en le faisant passer de 30% actuellement à 80% d’ici 2030. L’Etat compte également sur la hausse des financements à long terme, en les faisant passer de 15,9% du Produit intérieur brut en 2018 à un minimum de 70% en 2030.

Tout ceci devrait donc permettre d’accroître la contribution du secteur de la microfinance au f...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category